13 / 20
07/08/09
The flame within
STREAM OF PASSION
 
STREAM OF PASSION a une histoire originale bien que courte.

En effet, le groupe a été fondé par le talentueux multi instrumentiste Arjen LUCASSEN (AYREON, entre beaucoup d’autres) pour la chanteuse du combo, Marcela BOVIO, qu’il avait rencontrée lors de sa participation comme vocaliste dans AYREON.

Le sieur LUCASSEN a été tellement impressionné par sa voix qu’il a voulu lui monter un groupe lui permettant de se révéler.

Apres avoir sorti un album (Embrace The Storm) en 2005, Arjen LUCASSEN s’en est retourné à ses occupations pour laisser le jeune groupe voler de ses propres ailes.

Celui-ci nous présente aujourd’hui son deuxième essai, intitulé The Flame Within et composé de treize titres (dont une outro et une reprise en demi teinte (chant excellent et bonnes idées de réinterprétation du titre mais réel manque de feeling et de retenue) de Street Spirit de RADIOHEAD).

La musique du combo est très ancrée dans son époque et très représentative du genre dans lequel il officie, à savoir le métal mélodique à chanteuse.

Si on devait faire une comparaison, disons que le combo se situe à la croisée d'EDENBRIDGE et de WITHIN TEMPTATION.

Le problème est que les chansons, loin d’être mauvaises, ne sont pas assez inspirées ou novatrices pour se hisser à la hauteur des ténors actuels de cette branche surpeuplée du Métal.

Des titres comme The Art Of Loss, The Endless Night ou Let Me In sont certes bien construits, bien joués et bien produits mais manquent de ce petit quelque chose qui pourrait faire la différence.

Cependant il convient de ne pas être trop dur, d’une part car le groupe est jeune et donc encore en pleine évolution et d’autre part parce qu’il est très délicat de remplacer quelqu’un comme Arjen LUCASSEN.

Et puis le cd renferme quand même de bons titres, tel que In The End, avec son intro symphonique doublée d’un solo de guitare, Now Or Never et son final appuyé par des guitares Heavy, ou encore When You Hurt Me The Most power ballad dotée d’un très bon solo très néo classique.

A ce propos il convient d’ailleurs de saluer la performance des deux six-cordistes du combo, Eric HAZEBROEK et Stephan SCHULTZ, qui s’en sortent avec brio et nous gratifient de quelques bons soli (The Art Of Loss, In The End, When You Hurt Me The Most,…) et de bons riffs plutôt heavy pour le genre (Now or never, Games We Play, Burn My Pain, A Part Of You).

Mais le point fort du groupe est évidemment sa chanteuse Marcela BOVIO, dotée d’une voix magnifique, capable d’atteindre des notes extrêmement haut perchées tout en faisant preuve de beaucoup d’émotion (When You Hurt Me The Most en est un parfait exemple).

On ne regrette que plus que la musique du combo ne soit pas plus innovante et moins commerciale.

Gageons qu’après avoir trouvé définitivement ses marques et stabilisé son line up le groupe réussisse à affirmer sa propre personnalité.

En attendant, les amateurs de Métal mélodique et de belles voix féminines devraient se laisser tenter par ce The Flame Within imparfait mais prometteur.

Phil "KOB"
Date de publication : vendredi 7 août 2009