17 / 20
16/11/09
Hymns of blood and thunder
THE GATES OF SLUMBER
 
Voilà ce qu’on appelle battre le fer tant qu’il est chaud. Sorti en 2008, Conqueror a permis au trio américain THE GATES OF SLUMBER de sortir du cercle des initiés et faire partager son heavy metal pur et dur à un plus grand nombre. Si la logique est respectée, Hymns of Blood and Thunder devrait permetttre une consolidation de cette position ascendante, avec une signature sur Rise Above (licence Metal Blade pour les Etats Unis). Le groupe a su épaissir le son – c’est particulièrement flagrant sur le titre d’ouverture Chaos Calling, véritable charge barbare, sur le quasi-doom Beneath the Eyes of Mars ou sur le pachydermique Bringer of War – sans pour autant renier ses particularités propres au heavy metal lyrique et foncièrement underground qui sont sa marque de fabrique. Le chant de Karl SIMON s’avère toujours aussi peu docile, peu amène, très rêche, expressif mais peu démonstratif. Le même SIMON tire de sa Gibson SG des soli crépitants et agressifs et des riffs secs et tranchants, dans la meilleure tradition de Tony IOMMI. Le bonhomme est à tout moment appuyé de prêt par une section rythmique vindicative au possible, sans pour autant sonner de manière monolithique.
Le groupe aime les ambiances sombres et épiques, ainsi qu’en atteste la pochette (copie pas forcément très réussie des oeuvres de Frank FRAZETTA) et les paroles. Pour transcrire cet univers, THE GATES OF SLUMBER enlumine son fort électrique propos de passages acoustiques (The Doom of Aceldama, l’instrumental Age of Sorrow), de chant féminin (Mist in the Mourning, choeurs sur Descent into Madness) et d’arrangements de claviers pertinents. A ce titre, on appréciera tout particulièrement les 10 minutes épiques et ambiancées du lent Descent into Madness.
Résumons : ils ne sont que trois, ne jurent que par le metal le plus pur, font l’effet d’une expédition viking fondant sur une abbaye irlandaise et je vous demande ni plus ni moins que de succomber aux méthodes barbares de ces affreux ! Ainsi, THE GATES OF SLUMBER pourrait réussir là des groupes si particuliers comme CIRITH UNGOL ou MANILLA ROAD ont toujours échoué. Avouez que le challenge est attrayant.
Alain
Date de publication : lundi 16 novembre 2009