19 / 20
23/01/10
Story, live & more, the definitive collection
OCEAN
 
Originellement, la sortie de ce coffret était prévue mi janvier alors qu’OCEAN devait jouer en tête d’affiche du Paris Metal France Festival, 4ème du nom. A cause de la fermeture de la Loco et, surtout, à cause du trop faible nombre de préventes, ce PMFF fut annulé… la prestation d’OCEAN fut coulée…
Si l’état de la scène française – et de l’intérêt du public pour nos groupes – peut avoir de quoi décourager artistes et organisateurs, une certitude demeure : ce coffret est bel et bien là, et, disons le d’entrée, l’objet est indispensable pour tout amateur, curieux ou fan de ce groupe qui vit le jour au milieu des années 70.

Story, Live & More contient toute la discographie historique du groupe : le premier album, God’s Clown, originellement sorti en 1977, carte de visite mélangeant des influences aussi variées que LED ZEPPELIN ou KING CRIMSON, unique album chanté en anglais, sorti à l’époque sur le label Crypto. OCEAN n’a alors pas totalement trouvé son identité sonore et musicale et se cherche encore quelque peu, Robert BELMONTE se prenant par moments pour Robert PLANT ou Ian GILLAN. Le résultat, s’il est parfois intrigant, correspond parfaitement au contexte musical pionnier, allumé et explorateur de l’époque, les 8 chansons étant toutes liées et formant « une grande fresque épique » (comme mentionné dans le livret).

Avec la sortie, en 1979, d’un premier album éponyme, OCEAN décide d’opter pour le chant en français. Signé par Barclay, le groupe cherche à séduire un plus vaste public. Le Punk est passé par là, et la musique a pris une sacrée claque. Le propos d’OCEAN se fait plus direct et le verbe plus acerbe et virulent, la musique plus basiquement Rock, tendance Hard, comme le démontrent ses morceaux que l’histoire retiendra comme étant des classiques : Menteur, On Se Rocke De Moi, Je Suis Mort De RireOCEAN va droit au but, sait rester simple et direct tout en conservant de nombreuse traces d’influences à la fois Rock et Pop (ROLLING STONES, LED ZEPPELIN, QUEEN). Le groupe se voit, grâce, entre autres raisons, à ce disque, offrir la possibilité d’ouvrir pour AC/DC sur les dates française du Highway To Hell Tour dès le 17 janvier 1980. C’est d’ailleurs à l’occasion de cette tournée qu’Alain GOUILLARD rejoint la formation (Robert BELMONTE et les deux autres membres fondateurs : le guitariste Georges BODOSSIAN et le bassiste Noël ALBEROLA) au poste de batteur.

Barclay décide par la suite (en 1980) de sortir un étonnant témoignage avec A Live + B, qui comporte 4 titres enregistrés en public et 4 titres studio. Un choix étonnant pour l’époque, « réparé » par Axe Killer, comme nous allons le voir.

OCEAN, enfin, publie en 1981 son dernier album original, sobrement intitulé Ocean également connu sous le nom de 2. Original, non ? Ce disque montre un groupe maitrisant parfaitement son art ; aussi bien dans les compositions, d’une rare efficacité, que dans le son, bien mieux adapté que sur l’album précédent, tout est à conserver. Ocean 2 est plein de ces grands moments qui ont été laminés par l’efficacité et la notoriété d’un autre géant, sans doute plus brutal et vindicatif, plus « Punk’n’Roll ». Ai-je besoin de préciser plus avant ?
Aristo, A force De Gueuler, Rock’n’Roll, et surtout le sublime cri de rage Qu’On Me Laisse Le Temps sont des chansons intemporelles, ou, en tout cas, des titres présentant tout ce qu’il faut pour les rendre comme tel. Ce disque avait, rappelons-le, déjà fait l’objet d’une réédition CD (Axe Killer également, en 2000) comprenant en bonus les quatre titres en public de l’album A Live + B.

Ce coffret regroupe donc ces 4 albums et ne serait pas un must s’il ne contenait son lot de surprises et de bonus. Et là, c’est que du bonheur : outre le livret, gigantesque avec ses 28 pages qui regorgent de photos, d’une biographie complète et des textes des albums en français (ne manquent que les paroles de God’s Clown), ce qui fut à l’origine la face B de A Live est ici complètement remaniée. Figurent, accrochez vous, c’est un document précieux, 7 morceaux enregistrés lors de la tournée 81 alors qu’OCEAN ouvrait pour IRON MAIDEN sur le Killers Tour. Certes, les bandes, détériorées, ont subi les outrages du temps, le son est usé sur les trois premiers titres, mais ce qui a été sauvé est un témoignage historique inestimable tant on sent l’implication et la détermination des musiciens face à ce parterre d’un millier de spectateurs.
Egalement, cerise sur le gâteau, Ze cherry on ze pie, on trouve la reprise de Ton Dernier Acte que le groupe avait enregistré pour le Tribute To Trust en 2000 et, désormais introuvable, Juste Au Bout Du Désert, le dernier morceau enregistré par Robert BELMONTE et Georges BODOSSIAN, le guitariste fondateur et membre historique de cette formation hors normes. Enfin, sur les deux Lps éponymes on trouve des versions alternatives « rough mix », véritablement intéressantes pour les collectionneurs, surprenantes pour l’auditeur, de titres déjà connus.

Axe Killer nous gratifie donc avec ce superbe coffret (dans son contenu et sa conception) d’un exceptionnel, bien que tardif, cadeau de Noël. Si vous voulez raviver le trafic qui existait il y a encore peu entre la Laponie et la France, c’est le moment idéal...

Marpa, le 22 janvier 10


metalmp
Date de publication : samedi 23 janvier 2010