12 / 20
24/10/10
Darkmind
BETO VASQUEZ INFINITY
 
Beto VASQUEZ, cet argentin dont le projet est plus connu sous le nom de BETO VASQUEZ INFINITY, projet ayant regroupé de grands noms de la scène métal (chanteurs et musiciens confondus), a sorti cette année son nouvel opus : Darkmind, sur lequel se sont retrouvés cette fois et entre autre, Marcela BOVIO (STREAM OF PASSION), Olaf THORSEN (VISION DIVINE), et Sandra SCHLERET (ELIS) en special guests.

Pour cet album, VASQUEZ nous offre un métal résolument mélodique dont les orchestrations et les chœurs féminins massifs font toute la force. Le ton est donné dès le début avec le titre From Your Heart, où les voix des deux chanteuses lead pour l’album, Jessica LEHTO et Karina VARELA, résonnent en chœur et se mêlent avec un très bel ensemble de cordes, chose que l’on ne pourra que continuer d’apprécier grâce aux morceaux Magical Moments Of Time, Sleeping In The Shadows (notons au passage la superbe intervention d’un saxophone !), Close Your Eyes, Memories Of Reinglow

Solos de guitare ou solos de claviers, envolées lyriques et poussées heavy (féminines ou masculines) seront toujours de la partie. Les morceaux ont chacun leurs petits bonus, les voix évoluent et les ambiances changent au gré des titres. Les parties instrumentales ne surprendront pas les fans de la première heure, mais ne les décevront pas pour autant. C’est toujours un heavy métal symphonique et mélodique prenant que nous avons là, en témoignent les titres Kingdom Of Liberty, Mystic, Chronicles Of A World Without Gods

Deux petits bémols cependant. Le chant heavy, aussi bien féminin que masculin, n’est malheureusement pas toujours très juste et souffre souvent d’un passage en force regrettable au niveau professionnel, comme l’attestent par exemple les titres Kingdom Of Liberty, Chronicles Of A World Without Gods et Darkmind. Dommage également que la qualité de la production ne soit pas à la hauteur d’un tel projet. Les guitares rythmiques sonnent terriblement artificielles, et l’ensemble (à l’exception du chant et des guitares lead) manque cruellement d’énergie.

Darkmind n’est donc pas un album absolument original même si les morceaux se laissent écouter avec plaisir. Légèrement décevant peut-être pour les oreilles en mal de nouveauté, tout juste satisfaisant pour les auditeurs peu exigeants.

Mélodie : 3/5
Technique : 3/5
Originalité : 2/5
Production : 2/5
Maud
Date de publication : dimanche 24 octobre 2010