18 / 20
27/10/10
X
SPOCK'S BEARD
 
Dès les premiers albums (The Light en 1995 et Beware Of Darkness en 1996), la bande à Neal MORSE (chant / guitares / claviers) s'est vite imposée comme une référence incontournable dans le petit monde du Rock Progressif. Neal et SPOCK'S BEARD enchaînent donc les enregistrements studio et live, jusqu'à l'album Snow, en 2002. Neal quitte alors le groupe à la barbe de tous ses fans et s'en va faire une carrière solo en compagnie de son Dieu (sa musique n'est pas s'en rappeler ce qu'il offrait avec SPOCK'S BEARD!).
Le groupe rebondit rapidement, proposant un Feel Euphoria de bonne tenue dès 2003, confiant le chant au batteur Nick D'VIRGILIO. Suivront Octane en 2005, Spock's Beard en 2006 et X, le bien nommé dixième album cette année.

D'une incroyable richesse mélodique, ce X fait vite l'unanimité. Empruntant comme toujours l'héritage des YES, GENTLE GIANT, PINK FLOYD, mammouths du courant progressif des 70's, mais aussi des BEATLES, le tout ancré dans un désir de modernité, SPOCK'S BEARD nous met vite à genou avec ses 7 nouvelles compositions. Le groupe s'est de nouveau entouré de musiciens, qui au violon, viole, cello, trombone et french horn amènent une substantielle épaisseur orchestrale. Edge Of The In-between (plus de 10 minutes) ouvre l'album, avec ses passages instrumentaux superbes, aux reflets d'un PINK FLOYD, voire PORCUPINE TREE par instant. L'instrumental Kamikaze, en une succession de breaks et de reprises, laisse s'épancher des claviers 70's, ainsi qu'une basse ronflante. The Emperor's Clothes, plus sautillant, plus Pop, voit se dessiner les traits d'un QUEEN, d'un A.C.T, mais aussi des BEATLES. From The Darkness (17 minutes) est l'un des deux morceaux de résistance de X : en 4 parties, cette composition s'ouvre sur Hard Rock jouissif, enflammant les souvenirs d'un DEEP PURPLE. Puis l'atmosphère se rafraîchit et fait place à un calme développement aux ambiances floydiennes, ménageant un magnifique long final Rock Progressif moderne. The Quiet House (9 minutes) s'ouvre lui aussi sur un Rock quasi Hard, avec une pause en son milieu où la douceur du couple piano / voix et de la guitare nous ouatent les tympans, pour repartir et finir sur un rythme Rock aux claviers 70's. The Man Behind The Curtain (presque 8 minutes) est sans doute le titre le plus bigarré, peut être le "complexe" avec des passages de folie. Pour fermer cet album, Jaws Of Heaven, le deuxième long titre (plus de 16 minutes), lui aussi en 4 parties, alternent les séquences enlevées et celles plus calmes, étirant à souhait des mélodies magnifiques. Superbe !!

Si j'avais quelque peu délaissé jusque-là la musique de SPOCK'S BEARD (et je crois bien ne pas être le seul), ce nouvel album me fait reprendre pied, avec délices, dans l'univers mélodique d'un chatoyant et riche Rock Progressif moderne, n'oubliant pas ses attaches très 70's. A bien des égards, X est sans contestation L'album de SPOCK'S BEARD post-Neal !


Ben
Date de publication : mercredi 27 octobre 2010