16 / 20
20/12/10
The world is yours
MOTORHEAD
 
Un an ! Et oui cela fait déjà un an qu’on nous avait annoncé la sortie de cet album. La raison de ce retard ?

Des problèmes de santé puis le décès du père de Phil CAMPBELL qui ont contraint le guitariste à rester chez lui alors que l’enregistrement de l’album se faisait aux USA. Phil a donc enregistré les parties guitare au Pays de Galles alors que Mikkey et Lemmy, puis Lemmy seul ont enregistré la batterie, la basse et le chant à Los Angeles. La sortie d’un album de MOTÖRHEAD est toujours un événement pour tous les fans de rock et cela depuis de nombreuses années. La bande à Lemmy fidèle à elle même nous offre un album bien Rock'n'Roll.

Première chose que je remarque avec The World Is Yours c’est qu’il a un son plus proche du MOTÖRHEAD des années 90 que ce que le groupe nous a proposé ces derniers temps. Sur ce disque, le groupe est beaucoup plus mélodique que d’habitude, moins rentre-dedans même si la griffe MOTÖRHEAD est toujours aussi bien incrustée, telle une marque indélébile. Les compos sont donc plus techniques, le jeu de batterie de Mikkey est varié, il laisse un peu se reposer sa double grosse caisse. Depuis le temps qu’il la martyrise, ça doit la soulager.

Phil nous fait chanter sa Gibson à merveille, les solos sont grandioses ainsi que les rythmiques. Les 4 premiers titres Born To Lose, I Know How To Die, Get Back In Line et Devils In My Hand sont assez énergiques. Certes c’est pas ce que MOTÖRHEAD a fait de plus bourrin, mais ça envoie bien. Rock n Roll Music typiquement dans l’esprit Christine permettra à l’auditeur de reposer un peu ses oreilles.

Petite surprise avec Brotherhood Of Man qui fait immédiatement penser à Orgasmatron. La rythmique, un titre plutôt parlé que chanté, bref tout y est pour nous rappeler cette chanson.

Outlaw fait un petit clin d’œil au célèbre Sacrifice où la batterie est le prédominante. Après l’écoute intégrale de l’album, je note que la basse est beaucoup moins audible qu’auparavant ou du moins qu’elle n’a plus le gros son typique de la basse de Lemmy.

Petit point faible pour ce disque, la pochette qui n’est vraiment pas très réussie à mon goût. Beaucoup regretteront le travail de Joe PETAGNO avec son célèbre Snaggletooth et je les comprends. MOTÖRHEAD nous avait habitué à beaucoup mieux.

Comme quoi il ne faut pas toujours se fier à la pochette ; cette dernière est laide pour un album d’une grande classe.

Avec ses 35 ans de carrière, MOTÖRHEAD est toujours aussi jeune et c’est pas The World Is Yours qui vous fera dire le contraire. Pour vous faire une idée rapide, je mettrais cet album entre Snake Bite Love et Overnight Sensation.
Phil "KOB"
Date de publication : lundi 20 décembre 2010