16 / 20
18/04/11
The runaway
FACE DOWN
 
FACE DOWN se réclame de la scène Stoner. Ce premier mini album cinq titres, véritable carte de visite explosive, nous présente une formation aux aspirations professionnelles indéniables. Car dès les premiers sons de guitares de One Last Walk, on sait qu'on n'a pas à faire à des mecs qui font les choses à moitié. FACE DOWN nous propose sans complexe cinq titres brutaux qui s’adressent ouvertement aux amateurs de PANTERA, de Stoner , de et de gros son bien gras. La première chose remarquable, justement, c'est ce son, digne des meilleurs enregistrements du moment. Les guitares, directes et saturées, donnent le ton. Amples, elles enrobent efficacement ce patchwork métallique aux relents sudistes, le rendant particulièrement attrayant. Et si les cinq morceaux présentés rappellent sans honte les formations occupées par le hurleur ANSELMO, la seule difficulté, à mes oreilles, réside justement dans le chant. Un chant hurlé dans une rage, une colère non contenues, directes et brutes. Le type de vocaux qui a fait ses preuves auprès d'un public averti, mais un chant auquel je ne suis simplement pas sensible.

Pourtant, l'ensemble est plus qu'efficace et chacun des musiciens est remarquablement en place. "Normal", direz-vous, c'est le minimum que l'on puisse attendre de musiciens. "Remarquable", j'insiste, car FACE DOWN ne s'est stabilisé autour de sa forme actuelle que l'an dernier. Quelques mois de répètes intensives, de gnaque et de hargne, des concerts - dont le Glad Stone Fest de Paris - un petit tour en studio, et le tour est joué. Si STOCKS était le plus sudiste des groupes français, alors FACE DOWN est le plus Redneck des formations hexagonales, rien moins !

FACE DOWN a tout ce qu'il faut pour toucher une audience large, en France et à l'étranger, tant ses qualités musicales sont grandes et son idée du produit final professionnelle. Mais, selon moi, le groupe se limite à l’underground avec ces vocaux caverneux et gutturaux, qui manquent de finesse et s’adressent à un public forcément plus limité. Nul doute, cependant, que sur scène ces morceaux soient une tuerie...Malgré mes freins, une conclusion s'impose: un album, et vite !, pour confirmer ce premier essai plus que prometteur.

metalmp
Date de publication : lundi 18 avril 2011