Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
X OPUS - The epiphany

Style : Metal
Support :  CD - Année : 2011
Provenance du disque : Reçu du label
10titre(s) - 57minute(s)

Site(s) Internet : 
X OPUS MYSPACE 
X OPUS WEBSITE

Label(s) :
Magna Carta
 (15/20)

Auteur : Ben
Date de publication : 17/05/11
Comme les rois mages...
The Epiphany est le premier album de X OPUS, projet du guitariste multi-instrumentiste américain James WILLIAMS. Hormis le chant, confié à Brian DIXON et David CROCKER, James WILLIAMS est donc l’auteur des 10 compositions, jouant et programmant basse, batterie et claviers. Cet album, dont la gestation a été plutôt longue, semble avoir été une thérapie pour son compositeur.
Les 10 titres de The Epiphany s’emploient à faire vivre un Métal symphonique, arborant une parure (Power) progressive qui rappelle sans contestation possible un des groupes phare du style : SYMPHONY X. Théâtral, classisant (The Epiphany (Opus Benedictus Interlude), Forsaken en son final Requiem Of The Forsaken), avec ses ambiances d’opéra et un air arabisant (I Will Fly), The Epiphany louvoie dans un clair-obscur, alternant élégances lumineuses et descentes ténébreuses. Terrified, On Top Of The World, Pharaons Of Lies et I’ll Find The Truth concentrent de belles mélodies, assurées par des refrains vite mémorisables. In The Heavens est la ballade mid tempo de l’album, sans vraiment grande saveur. Forsaken (Requiem Of The Forsaken), superbe titre au long cours (plus de 10 minutes) est à rapprocher d’un DREAM THEATER, toute proportion progressive gardée ! Angels Of War est le titre le plus violent, assénant un déluge de guitares et une batterie en furie, où le chant de David CROCKER semble être « écrasé » (volonté artistique ?). L’album se termine sur une note émotive, l’instrumental Never Forgotten, à la fois acoustique et électrique, laissant James WILLIAMS exprimer tout son talent de guitar-héro.
Les voix de Brian DIXON et David CROCKER sont relativement complémentaires et dans un même registre, évoquant James LABRIE, Tobias SAMMET, voire plus ponctuellement D.C. COOPER.
Certains passages et ambiances de guitares suscitent quelques inflexions homéopathiques vers MALMSTEEN ou IRON MAIDEN.
Sans vraiment être original, ce premier album, où la guitare tient une place prépondérante, s’écoute avec plaisir, laissant dans son sillage une belle performance technique sans jamais être rebutante.



COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
POP EVIL
Onyx
STÖMB
The grey
HOLLOW GRAPH X
The alternative
ASYLUM PYRE
Spirited away
MOON WHISPERS
Rising
Chroniques du même auteur
M.W. WILD
The third decade
INNERFIELD
Innerfield
THE JOYSTIX
Punchline
GINGER TREE
Along with the tide
AQME
En l'honneur de jupiter.
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente