18 / 20
01/06/11
The travel to octavia
AYMAN
 
Ayman MOKDAD, guitariste 6 cordiste, bassiste, auteur, compositeur et ingénieur du son, nous fait le plaisir de se rappeler à METAL INTEGRAL avec un nouvel album instrumental autoproduit : The Travel To Octavia. Après The Sheubi And Nobru Effect en 2007 et From 6.00 To 7.00 en 2009, album chroniqué en ces pages et dont j’avais eu la bonne fortune de vous en dire tout le bien de son contenu, c’est au tour de ce nouvel album de faire la une du site. Si l’album comporte 12 titres, les 4 derniers sont issus de From 6.00 To 7.00. C’est donc 8 nouvelles compositions qui nous attendent sur ce petit bijou qu’est The Travel To Octavia.
La performance est de nouveau remarquable, dans la légitime continuité « Métal » de l’album précédent : alliance lumineuse d’un jeu d’excellence (ne sombrant à aucun moment dans le m’as-tu vu contemplatif), d’une qualité des compositions privilégiant l’accessibilité musicale à la technique (et dieu sait qu’Ayman la maîtrise) que seuls les professionnels aguerris de l’instrument peuvent décrypter, d’une générosité des mélodies et des thèmes développés. Avec toujours ce sentiment qu’Ayman tutoie les génies de la guitare, de SATRIANI à PETRUCCI
Ici, Ayman a fait appel à un batteur, Vincent FABRE, aussi habile techniquement derrière ses fûts que l’est l’artiste avec ses guitares ! Les compositions en deviennent plus charnelles, plus fougueuses, apportant un regain d’énergie à ce voyage en Octavie. Viennent aussi déposés un solo de guitare Franck RIBIERE (DUAL HEART PROJECT) sur Chapter 1 : The Travel To Octavia, François MAIGRET alias Shanka (NO ONE IS INNOCENT) sur Chapter 3 : The Strange Encounter, Raphael DE STEFANO sur Chapter 5 : Becoming Giddy et Chapter 6 : When Everything Disappears, titre qui voit aussi intervenir le bassiste de M.Z., Markus FORTUNATO.
L’artwork, œuvre de Thep, est à l’image de The Travel To Octavia : une vraie réussite. Dans ses tons chauds orange et clairs bleutés, avec toujours cette icône en forme de clé de sol stylisé, la pochette symbolise la rapidité, la vélocité du jeu et l’éloquence des mélodies. Tout simplement merci Ayman !

Ben
Date de publication : mercredi 1 juin 2011