18 / 20
30/10/11
Cannibal tango
GNÔ
 
Ce type est fou. En tout cas, s’il ne l’est pas, il devrait sérieusement songer à le devenir… Ce type ? Christophe GODIN, guitariste et chanteur de son état qui s’est ici associé à deux énergumènes qui semblent être sur la même longueur d’ondes que lui: Gaby VEGH (basse) et Julien ROUSSET (batterie). Ce Cannibal Tango que nous offre le trio de GNÔ est à l’image du robot déjanté qui illustre la pochette.

Les trois se sont offert un délire sans se fixer de limite et le résultat est plus que probant. GNÔ allie des influences Rock à tout ce qui lui tombe sous la main, et tout ce qui lui fait envie. On trouve ainsi, au cours de cet album aussi bien des sonorités orientales (The Keeper) que du ska (In My Place), des ambiances oppressantes (Fever (The Battle Rages On)) ou des extrapolations vers d’autres sonorités, parfois extraterrestres.

Dès le départ, le message de GNÔ est clair : le groupe allie au cours du morceau d’ouverture, Here I Stand, tout ce qui fait l’univers de la guitare, explorant autant les riffs heavy que les mélodies pop. Le résultat est un ensemble varié, mélodique et entraînant. C'est ce manque de direction qui fait à la fois la richesse de Cannibal Tango et le rend, paradoxalement légèrement flou. Mais GODIN et ses compagnons donnent tellement de plaisir à se faire plaisir qu'on ne peut que se laisser emporter.

GNÔ nous apporte, avec Cannibal Tango, une vraie bouffée d’oxygène salvatrice, un voyage en des contrées accueillantes et chaleureuses où l’évasion reste le moteur. Voici un album à consommer sans modération.
metalmp
Date de publication : dimanche 30 octobre 2011