18 / 20
25/12/11
Dust devil
LONELY KAMEL
 
Les Norvégiens sont annoncés comme une petite sensation en matière de Stoner Rock, ce qui appelle un double constat : 1° LONELY KAMEL ne va pas réinventer le genre et peut-être pas demeurer dans les annales de ce genre, 2° LONELY KAMEL fait preuve d’un abattage, d’une maestria et d’un art consommé de la synthèse, Dust Devil (troisième opus déjà) s’imposait du coup comme un album hautement recommandable.

Concernant le premier point, les influences sont très nombreuses : KYUSS bien sûr, mais aussi la frange plus Rock’n’Roll (FU MANCHU, NEBULA), les ancêtres du Heavy Metal (BLACK SABBATH forcément) et du Hard Rock des années 70 (ce sens du riff et du groove rythmique caractéristique de MOUNTAIN ou de CACTUS), voire le Doom (le lourd et menaçant Seventh Son ou même le lancinant Ragnarörkr par exemple) ; l’ombre plus moderne d’un SOUNDGARDEN peut planer par instant.

Concernant le second point, admettons que toutes ces influences sont impeccablement fusionnées au service d’un sens de la composition et de la mélodie magistral. Si vous ne commencez pas une danse d’Indien dès le début de The Prophet ou de Roadtrip With Lucifer, c’est que vous êtes irrémédiablement hermétique au groove ! C’est à force de talent que LONELY KAMEL transcende ses influences et je vous assure que le groupe emmène ses compositions vers des dimensions qui confinent au grandiose par moments. Lourd et lumineux en la fois.
Alain
Date de publication : dimanche 25 décembre 2011