Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SAGA - Worlds apart

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  CD - Année : 1981
Provenance du disque : Acheté
9titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
SAGA WEBSITE

Label(s) :
Polydor
 (19/20)

Auteur : Web-Maestro
Date de publication : 02/03/12
Oldies but goldies : l'apogée de saga
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou redécouvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.) ...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


1981 : quatrième album en quatre ans pour SAGA, Worlds Apart marque une évolution pour le groupe.

Enregistré en Angleterre, l'arrivée du producteur Rupert HINE donne un son beaucoup plus moderne que les albums précédents : la batterie de Steve NEGUS est mise en avant, les guitares et les claviers y sont plus incisifs. Nous retrouvons les frères Ian CRICHTON (guitares) et Jim CRICHTON (basse) ainsi que Jim GILMOUR (claviers), fraîchement arrivé dans le groupe.

La voix de Michaël SADLER est nettement plus puissante et me donne l'impression qu'il chante au bord d'une falaise ! Rupert HINE lui avait demandé d'arrêter "de chanter comme un enfant de chœur" lors de l'enregistrement.
La pochette du disque marque également une rupture avec les albums précédents, en abandonnant les dessins pour une photo.

Worlds Apart s'écoute d'une traite. SAGA y explore un horizon musical alliant le progressif classique (No Strangers), le Rock FM (sur les classiques On The Loose et Wind Him Up entre autres), la musique électronique (Times Up), le Jazz rock (Conversations), la Pop (Framed), le Funk (The Interview) et parfois du Reggae (Amnesia). Il y a un titre chanté par Jim GILMOUR (No Regrets), sur lequel il joue également de la clarinette.

Album charnière entre deux époques, Worlds Apart est marqué par la fin du rock progressif des années 70 pour une musique plus directe, typique des années 80. Les compositions sont plus courtes et les mélodies plus accessibles.

Worlds Apart est considéré par beaucoup comme leur meilleur album. Ce disque, avec Abacab de GENESIS et 90125 de YES, marque la fin d'une époque. Mais une nouvelle ère allait débuter quelques années plus tard avec les groupes néo-progressifs tels que MARILLION, IQ, PALLAS, PENDRAGON et TWELFTH NIGHT.

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
MAIN:ART
Synaesthetic
MARILLION
Happiness is the road
LUCIFER WAS
Dies grows
ERESIS
Shedding madness
THE ADVENT EQUATION
Limitless life reflections
Chroniques du même auteur
GALAHAD
Beyond the realms of euphoria
ALAN REED
Dancing with ghosts
NIGHTWISH
Showtime, storytime
QUEENSRŸCHE
Frequency unknown
CHROME MOLLY
Gunpowder diplomacy
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente