18 / 20
01/12/12
Apocryphon
THE SWORD
 
Avec la sortie en 2010 de leur superbe troisième album, Warp Riders (www.metal-integral.com/fr/chroniques/2100/the-sword/chronique-warp-riders.html), les Américains de THE SWORD avait accompli un saut stylistique et qualitatif énorme ; le quatuor proposait désormais un Hard Rock fortement inspiré des années 70, sans plonger toutefois dans le passéisme ou la reconstitution de musée. Apocryphon ne reproduit pas un tel saut mais reconduit les paramètres de Warp Riders.

Globalement, on retrouve des compositions admirablement écrites, agencées, arrangées et produites, avec toujours des lignes mélodiques solides. Un peu plaintif (à la Ozzy et John GARCIA), le chant de John D. CRONISE s’avère très maîtrisé et expressif, riche en intonations qui font la différence. Les guitares de CRONISE et Kyle SCHUTT pourvoient des riffs tranchants mais aussi de toujours très efficients plans jumeaux (avec parfois un rendu à la THIN LIZZY) ; sans parler des soli concis et insicifs. La manière qu’a la basse de Bryan RICHIE d’appuyer les riffs, de les gonfler et de faire groover les rythmiques ne manquera pas de plaire à ceux qui apprécient le Stoner. Par son jeu très mobile, sollicitant beaucoup les toms et les cymbales, le batteur Santiago VELA III impulse une dynamique de tous les instants, se situant dans l’héritage des grands batteurs de la fin des années 60 et des années 70. La formule mise en place garantit une intensité communicative.

Un ou deux titres sont toutefois d’un intérêt légérement moindre et l’effet de surprise est forcément émoussé par rapport à Warp Riders. Toutefois, on tient là un album de Hard Rock de haute volée. A noter que la version limitée au format digipack comporte pas moins de quatre titres live supplémentaires, ainsi qu’une excellente reprise du Cheap Sunglasses de ZZ TOP.
Alain
Date de publication : samedi 1 décembre 2012