15 / 20
08/12/12
Mantric muse
MANTRIC MUSE
 
Un long voyage, ça vous dirait les amis ? Les Danois DE MANTRIC MUSE ne propose rien d’autre, adeptes qu’ils sont d’un Space Rock totalement instrumental. La plupart des compositions de ce premier album sont longues (entre sept et dix minutes, à l’exception d’un titre plus court) et propulsées par des rythmiques tout à fait hypnotiques, hantées par des mélodies lancinantes. La base de tout est une section rythmique imparable de puissance et de mobilité, notamment une basse énorme qui tour à tour ponctue de manière obsédante ou galope follement. Sur ce canevas à la fois souple et musclé, claviers et guitare s’entrecroisent, se mêlent, se complètent, proposant des ambiances acides, planantes parfois, nerveuses souvent.

L’usage de rythmiques en boucle et des claviers spatiaux peut rappeler les travaux des mythiques OZRIC TENTACLES. Certains passages de guitare évoquent les oeuvres les plus atmosphériques d’un Joe SATRIANI. Dans cette ambiance Space Rock, il n’est pas rare de déceler des effluves qui rappellent le Jazz Rock de la fin des années 70. Car, si la méthode de travail de MANTRIC MUSE consiste à partir de jam sessions (rappelant par là les méthodes du Space Rock et du Rock psychédélique), le résultat final a fait l’objet d’un travail de modelage et de finition rigoureux, servi par les capacités techniques de musiciens imparables.

Un groupe et un album qui ne s’adressent pas forcément au monde du Metal mais qui peut intéresser la frange qui s’intéresse au Rock progressif, notamment à ceux qui apprécient les créations de LIQUID TENSION EXPERIMENT, PLATYPUS, PLANET X et autres. Etant bien entendu que la dimension Space Rock est primordiale. Vous voilà prévenus avant le décollage.
Alain
Date de publication : samedi 8 décembre 2012