8 / 20
17/03/13
The turn of the lights
ANDRE MATOS
 
Mais qu'arrive-t-il à André MATOS ? Allons y tout droit, cet album est une franche déception et même les plus fidèles vont se demander si le (génial ?) brésilien va parvenir à retrouver ses esprits !

Déjà un ton en dessous avec le deuxième album intitulé Mentalize et touché par un relatif échec de la supposée Dream-Team SYMFONIA, on attendait le réveil d'un artiste qui nous a gratifié de tant de morceaux dantesques lors des folles années d' ANGRA !
Las ! C'est un album expédié que nous livre André MATOS. Expédié car au vu du talent du compositeur, il est inexplicable de se retrouver avec un résultat si fade. Time To Be Free avait marqué les esprits...en tournée alors avec EDGUY, j'avais trouvé le groupe capable de faire vibrer encore plus que la bande à Töbias !

Sur The Turn Of The Lights bien peu de satisfaction de la sorte...on ne vibre pas mais l'on s'ennuie laissant les titres défiler dans une relative indifférence. Rien ne sort du lot et lorsqu'une introduction semble prometteuse, tout retombe aussitôt à force d'arrangements pompeux et de passages progressifs (ici synonymes d'ennuyeux).
MATOS semble oublier que les moments de calme d'une composition ne prennent leur signification que lorsque, par contraste, tout s'emballe soudainement ! L'album ne parvient pas à mêler les deux ingrédients et l'ensemble manque singulièrement d'émotion ce qui faisait la marque de fabrique du vocaliste brésilien. On se laisserait presque penser qu'il s'agit ici d'une création bâclée à visée purement alimentaire...si seulement The Turn Of The Lights avait bénéficié d'une sortie mondiale ! Mais l'album est dans un premier temps sorti uniquement au Brésil et au Japon ...

Une déception qui s'ajoute à d'autres et commence à inquiéter sur la capacité d' André MATOS à se remettre sur le bon chemin et à proposer de nouveaux chefs d’œuvre car il en est largement capable. Il lui faut peut être l’œil avisé d'un Sascha PAETH à la production ou le concours d'un acolyte pour retrouver un peu de fraîcheur perdue !

Un album à oublier...
Hellfire Paco
Date de publication : dimanche 17 mars 2013