15 / 20
21/05/13
Revenge
Dave EVANS AND NITZINGER
 
Avant de parler musique, parlons des musiciens et de leur pedigree. Dave EVANS fut le premier chanteur d'AC/DC et passa par la suite dans les rangs de RABBIT. John NITZINGER est un guitariste texan qui réalisa dans les années 70 trois albums sous son nom : Nitzinger (1971), One Foot In History (1973) et Live Better Electrically (1976). Il écrivit également pour le groupe de Hard Rock américain BLOODROCK, qui connut un quart d'heure de gloire avec le tube D.O.A.. Il fut également porte flingue pour ALICE COOPER au début des années 80.

Les deux compères font donc figure de vétérans, à défaut d'avoir jouer les premiers rôles. A quoi peut-on s'attendre de la part de deux pistoleros dans le circuit depuis aussi longtemps ? A du Hard Rock bien Rock'n'Roll, Boogie et Bluesy sur les bords. Dave EVANS possède un timbre de voix entre médium et grave, assez éraillé, pas toujours très subtil mais rugueux quand il le faut. Quant à John NITZINGER, il n'a rien perdu de son toucher tour à tour subtil et incisif : quelle honte qu'il n'ait pas obtenu davantage de reconnaissance !

Les compositions donnent majoritairement dans le Hard Rock binaire, très carré et viril. Rien de révolutionnaire mais c'est efficace et très solide, souvent à mi-chemin entre AC/DC et ZZ TOP. Cependant, on nous permettra de trouver les compositions qui sortent de ce schéma plus attirantes, peut-être du fait d'une plus grande subtilité. Ainsi, la ballade bluesy Where She Goes I Go. Et surtout The Night We Drank The Stars, titre à la fois très Heavy et mélodramatique où Dave EVANS révèle un véritable talent de chanteur habité et grandiloquent, tandis que NITZINGER aligne les riffs assassins et les solos rutilants. Quelle merveille ! Sur le lent et pesant Going Back To Texas, le duo se fait carrément menaçant et pourrait en remontrer à bon nombre de formations Heavy Metal.

Au total, Revenge ne sera peut-être pas l'album de révélation (même tardive) mais ce disque montre qu'il faut se méfier des vieux cowboys dont on croit ne plus rien craindre : ils sont souvent vifs et mortels comme des crotales !
Alain
Date de publication : mardi 21 mai 2013