16 / 20
21/05/13
Mysterium
MANILLA ROAD
 
C'est dans la plus grande discrétion que ce 16ème album studio de MANILLA ROAD est paru : à croire que la maison de disques se moque d'en vendre quelques exemplaires dans notre pays ! Sans nul doute, les fans de ce groupe culte se seront-ils déjà passé le mot... En l'occurence, ils auraient tort de ne pas le faire tant Mysterium sonne comme un album classique du groupe. On y retrouve tous les ingrédients qui font la particularité de MANILLA ROAD : les ambiances épiques, le timbre nasillard du chant (qu'il s'agisse du chanteur Bryan Hellroadie PATRICK ou du guitariste, leader et vocaliste historique Mark SHELTON), les solos saturés et mélodiques, les riffs saccadés... Les connaisseurs évolueront forcément en territoire connus.

Les compositions de Mysterium se divisent en deux grandes catégories. On trouve d'une part les compositions résolument Heavy Metal, qu'elles soient rapides ou non : les chevauchées métalliques (The Grey God Passes, Only The Brave, Stand Your Ground), les mid tempo (Hallowed Be Thy Grave, Hermitage), le Heavy Do What Thou Will.
D'autre part, MANILLA ROAD offre comme à l'accoutumée une facette plus nuancée, plus progressive. Il y a des titres alternant les arpèges doux et les moments plus ou moins appuyés : The Battle Of Bonchester Bridge, les onze minutes fascinantes du morceau Mysterium. The Fountain s'avère être une ballade 100% acoustique très réussie. Plus anecdotique mais néanmoins intéressant est l'instrumental The Calling (claviers digne d'un film d'horreur italien).

Le changement stylistique n'est donc pas au rendez-vous (mais est-ce ce qu'on demande à un groupe culte?). L'élément d'évolution le plus notable est incontestablement le son de cet album. Là où MANILLA ROAD nous a très (trop) souvent habitué à des productions faibles et à des mixages confus, on est positivement surpris d'entendre un son puissant, percutant, mis en valeur par un mixage enfin adéquat. Ce gros progrès technique ne remet cependant pas en cause les spécificités du groupe.

Les fans endurcis pourront se procurer la version digipack limitée qui propose un DVD comportant une heure de concert de MANILLA ROAD au Hammer Of Doom festival 2011 : une prestation très carrée et puissante, filmée de manière professionnelle.
Alain
Date de publication : mardi 21 mai 2013