15 / 20
05/02/14
Escape from the shadow garden
MAGNUM
 
Quelle santé ! Depuis 2007, les Anglais de MAGNUM enchaînent les albums de (très) grand cru avec une régularité quasi métronomique, atteignant l'apothéose (du moins en ce qui me concerne) en 2010 avec The Visitation. Dans la foulée, suivent Evolution (2011), compilation aux 12 titres retravaillés (dont 2 inédits) et On The Thirteenth Day (2012). Alors que tournent encore régulièrement sur mes platines ces 3 albums, sort en ce début 2014 un nouvel album : Escape From The Shadow Garden, avec de nouveau ce line up stabilisé depuis plusieurs années : Tony CLARKIN (guitares / composition / production), Bob CATLEY (chant), Mark STANWAY (claviers), Al BARROW (basse) et Harry JAMES (batterie). L'artwork, magnifique, est une fois de plus signé Rodney MATTHEWS.

Tout comme on ne change pas une équipe qui gagne, MAGNUM poursuit dans le même registre sonore, travaillant au corps son (Hard) Rock mélodique tout au long de Escape From The Shadow Garden. Ses 11 nouvelles compositions sont plaisantes et agréables à écouter, ronronnent leurs mélodies, l'ensemble enveloppé par une présence plus importante des claviers, développant une écriture de facture plus classique, consensuelle. Campant sur ses acquis, il m'apparaît que ce nouvel album manque un brin, sinon de folie et d'audace et d'hardiesse, d'inspiration comme l'ont été The Visitation ou On The Thirteenth Day. Il n'en reste pas moins que le plaisir est toujours au rendez-vous : Live 'Til You Die, Unwritten Sacrifice, Wisdom's Had Its Day, teintés de symphonisme, font la part belle aux mélodies fluides et vagabondes, où les soli de Tony sont toujours aussi précis que précieux. Plus prévisibles, plus convenus sont Falling For The Big Plan, The Art Of Compromise, le rythmé Burning River. Too Many Clowns se frotte au Rock'N Roll, entraînant, avec son trop court final au piano à la Jerry Lee LEWIS. Mais Crying In The Rain ne décolle pas vraiment, restant à couvert. Midnight Angel, mid tempo, s'étire en longueur (7'18, le titre le plus long), finissant poussivement... Don't Fall Asleep est une ballade mignonnette, tout comme The Valley Of Tears qui clôt cet album. MAGNUM semble ici s'essouffler, à l'image de la voix (fatiguée...) de Bob CATLEY, qui peine à l'ascension des aigus, dévissant dans un chant granuleux voire rauque par instant. De même, le son et la production auraient mérité un peu plus de hauteur.

Escape From The Shadow Garden, malgré ces quelques réserves, s'écoute avec envie et satisfaction, mais force est de constater qu'il vogue à une encablure derrière ses prédécesseurs, délaissant au gré des flots aventures, émotions, délices et grâce.


Ben
Date de publication : mercredi 5 février 2014