15 / 20
16/05/14
Grow
THREE SEASONS
 
Après Life's Road en 2011 et Understand The World en 2012, le trio suédois THREE SEASONS remet le couvert et, comme l'artwork psychédélique à souhait le proclame de manière fort bariolée et évidente, les influences du groupe sont toujours à rechercher à la jointure des années 60 et des années 70. Les trois saisons du groupe sont en effet le psychédélisme, le Hard Rock des origines et le Rock progressif initial.

Première saison, le psychédélisme. Hormis les couleurs vives et les formes molles de l'illustration, le groupe ne recule pas devant les sonorités troubles, les arrangements délicats, les passages envapés. Un titre comme By The Book est symptomatique de cette tendance.
Seconde saison, le Hard Rock initial. Là, il est assez évident de dire que THREE SEASONS a été marqué par des formations de Hard Rock qui proposaient un couple guitare solo-claviers. On pense évidemment à DEEP PURPLE mais j'évoquerais bien également les premiers albums hélas oubliés
d'ATOMIC ROOSTER. Tout au long de l'album, la guitare, mordante en rythmique, acide et volubile en solo, entretient un dialogue vivace avec des claviers qui se font tour à tour épais et subtils.
Troisième saison, le Rock progressif. Là encore, le dialogue entre guitare et claviers peut évoquer le Rock progressif mais ce sont surtout les structures aventureuses des huit compositions de Grow qui créent cette parenté. Quels que soient son ambiance ou son rythme, chaque titre consiste en une sorte de déambulation qui comporte certes des rythmiques et des mélodies bien pensées mais qui offre des variations, des passages d'une séquence à une autre.

D'un point de vue instrumental, on peut dire que THREE SEASONS réussit son coup. J'émets par contre un bémol sur le plan vocal. Sur les deux ballades bluesy de l'album (très belles au demeurant), No Shame et Familiar Song, le chant se fait certes plus déchirant mais montre par la même occasion ses limites, flirtant avec les limites de la justesse. Si le groupe parvient à insuffler de la puissance dans ses lignes de chant, nul doute que ses albums prendront une dimension encore plus attractive.
Alain
Date de publication : vendredi 16 mai 2014