16 / 20
19/05/14
The pagan manifesto
Elvenking
 
Les elfes italiens annoncent fièrement la couleur avec le titre de ce huitième album : pour pénétrer dans le royaume du roi des elfes, l'auditeur n'a d'autre choix que de se plonger dans un univers d'Heroic Fantasy (pour le décorum) et de Power Metal splendidement rehaussé d'arrangements Folk et symphoniques. Avec The Pagan Manifesto, ELVENKING ne va pas bouleverser le Power Metal, pas plus que le Folk Metal ou le Symphonic Metal. On évolue ici dans la limite de paramètres très balisés de chacun des sous genres évoqués ci-dessus. Pour autant, cet album m'a fait l'effet d'une brise fraîche.

Pourquoi ? Principalement parce que le groupe n'a pas étouffé ses compositions avec une production surchargée. Certains trouveront le son général assez sec ; je le qualifierais de clair, permettant de mettre en valeur chaque versant de l'univers de ELVENKING. Le versant Power Metal délaisse le côté gros biceps et privilégie les petits riffs teigneux, les guitares harmonisées, les solos très mélodiques, le tout ne rechignant pas devant une bonne accélération. La clarté un peu sèche du son confère à certains passages une sonorité plus Hard Rock mélodique, voire Rock, qui contribue à différencier un peu ELVENKING (notamment sur le prenant Twilight Of Magic ou le presque AOR Black Roses For The Wicked One).

A l'inverse, ELVENKING tente parfois de renforcer son côté méchant, notamment avec quelques lignes de chant teigneuses, à la limite du Black Metal. L'intention est louable mais le rendu manque de mordant et l'on préfère largement le registre médium (avec quelques incursions plus hautes) retenu par le chanteur Damna. Son chant efficace et bien modulé (pas lyrique ni démonstratif) est fréquemment renforcé par des chœurs bien agencés, voire par quelques lignes de chant féminin (Amanda SOMERVILLE intervient sur le long et épique King Of The Elves)

Une chose est sure, ELVENKING privilégie la mélodie, qu'elle soit portée par le chant, les chœurs, les claviers (aux sonorités tout de même un peu kitsch), les plans de guitares jumelles et les nombreuses mélodies Folk. L'impact mélodique combiné à l'enthousiasme s'impose sur les titres les plus directs comme sur les pièces plus longues et ambitieuses (King Of The Elves et Witches Gather).

ELVENKING signe avec The Pagan Manifesto un album classique mais enthousiasmant, bande son idéale pour entamer la lecture d'une saga de Heroic Fantasy.
Alain
Date de publication : lundi 19 mai 2014