16 / 20
27/06/14
Outsider
URIAH HEEP
 
Comme semble le rappeler l'illustration au symbolisme sombre, URIAH HEEP a connu un deuil avec le décès du bassiste Trevor BOLDER qui avait rejoint le groupe en 1976 et qui, mis à part un bref hiatus au début des années 80, avait marqué les prestations studio et scéniques du groupe par son énorme jeu de basse et par ses chœurs impeccables. Il est désormais remplacé par Dave RIMMER qui, il faut bien le dire, abat un boulot phénoménal, avec un jeu claquant très présent et nerveux, parfait complément du très énergique batteur Russell GILBROOK.

Car le maître mot de Outsider, vingt quatrième album studio du groupe, est bel et bien l'énergie. Comme pour tourner le dos au deuil, URIAH HEEP livre son album le plus Hard depuis très longtemps. Nous avions adoré les deux albums précédents, Wake The Sleeper et Into The Wild, dont Outsider conserve l'alchimie imparable de puissance et de mélodie. Sur ce dernier plan, les claviers vintage de Phil LANZON donnent de magnifiques couleurs et les lignes de chant impeccablement modulées de Bernie SHAW sont splendidement rehaussées par ces chœurs qui sont une marque de fabrique du groupe.

Mis à part l'introduction au piano de One Minute, le lent et solennel Is Anybody Gonna Help Me ? et le très Hard mélodique Kiss The Rainbow, la plupart des autres compositions vont droit à l'essentiel, pourvues de riffs tranchants appuyés par une section rythmique très intense. Le tout est servi avec verve, passion et un sens du collectif palpable. Même si les tendances plus enjôleuses et progressives du groupe auraient aidé à diversifier le propos, l'auditeur fait le plein de fraîcheur, d'énergie positive, de plaisir pur.

Une telle longévité dans le talent et la réussite force le respect. Surtout ne loupez pas une occasion de voir URIAH HEEP sur scène, surtout avec le répertoire très direct de Outsider.
Alain
Date de publication : vendredi 27 juin 2014