17 / 20
25/12/14
On christmas day
MAGNUM
 
Je me suis gardé pour ce qui semble être ma dernière chronique de l'année 2014 ce single des anglais de MAGNUM !
Le groupe propose depuis novembre en version digitale et vinyle ce "3 titres".
Ma chronique est en total accord avec ce jeudi 24 Décembre 2014 puisque la chanson parle de Noël mais pas forcément sous l'angle habituel !
En effet, ressorti de l'excellent Rock Art de 1994, On Christmas Day reprend le thème de la guerre, déjà évoqué par exemple sur l'éblouissant Don't Wake The Lion de l'album du même titre de 1988 !
MAGNUM nous raconte ici une trêve, la veille de Noël, lors de la première guerre mondiale.
Ceux qui se font la guerre et s'entretuent sans se connaître, au profit de gens, qui eux, se connaissent très bien mais ne se font jamais de mal ont décidé ce soir là de justement ne pas se faire de mal et de jouer une partie de ballon.
Allemands, anglais et écossais ont partagé un clope, un verre et un ballon pour une victoire des anglais, écossais réunis. Prémonitoire ?
Ces matchs se sont disputés au nord de la France, sur une ligne de front !
1914, 2014, 100 ans pour un triste anniversaire car cette guerre fut, je le rappelle, une vraie boucherie...
Bref, MAGNUM aurait pu, comme bon nombre d'autres artistes, nous composer une jolie comptine un peu mièvre pour ce Noël 2014 mais a préféré réveiller nos consciences. Prémonitoire ?
En tout cas, la version On Christmas Day a été réenregistré et ce qui me surprend, c'est la voix retrouvée de Bob CATLEY, bien moins rocailleuse et fatiguée et donc plus agréable que sur le dernier Escape From The Shadow Garden sorti en février de cette année et brillamment chroniqué par Ben sur le site !
Seule la version complète de 7 minutes 17, légèrement retravaillée est intéressante avec ses rebondissements comme MAGNUM sait si bien les manier.
La version single ne présente à mon oreille aucun intérêt.
Réenregistré aussi, Born To Be King vient compléter ce 3 titres, une nouvelle version très légèrement retravaillée également.
Ce titre est extrait de l'album Good Night L.A de 1990 que j'aime beaucoup également !
Voilà, cette parenthèse de Paix dans la première guerre mondiale permet à MAGNUM une parenthèse dans sa carrière discographique.
Autant la première semble indispensable de part sa symbolique, autant la seconde semble dispensable.
L'occasion tout de même de réécrire, grâce à ce fantastique groupe qu'est MAGNUM ces quelques vers de Victor HUGO :

« Ne laissons jamais s'effacer les anniversaires mémorables.
Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates,
Comme on allume des flambeaux. »

et de rendre hommage à Paul VALERY pour sa lucidité :

« La guerre est faite par des gens qui ne se connaissent pas et qui se tuent, au profit de gens qui eux, se connaissent et ne se font jamais de mal. »

Rémifm
Date de publication : jeudi 25 décembre 2014