15 / 20
03/08/16
Sangrar hasta lograrlo
CARDIAC
 
Avouez qu'il n'est pas courant qu'une formation helvétique choisisse pour s'exprimer de chanter en Espagnol ! C'est le cas du quartette de Genève CARDIAC dont le chanteur s'exprime donc dans ce qui doit vraisemblablement être sa langue natale. D'ailleurs, c'est l'ensemble du concept propre au groupe depuis ses débuts - Sangrar Hasta Lograrlo est tout de même le cinquième album du groupe – qui tourne autour autour de l'univers sud-américain. Pour autant, le résultat ne verse à aucun moment dans je ne sais quelle posture folklorique, même si le chant en espagnol apporte de facto d'autres sonorités que le chant en anglais.

Par contre, musicalement, CARDIAC opère une synthèse de musiques typiquement anglo-saxonnes et foncièrement énervées. Adeptes des formats courts et percutants, les quatre musiciens semblent avoir énormément emprunté au Hardcore tel que le conçoivent des formations établies comme MADBALL, SICK OF IT ALL ou HATEBREED. Non pas que CARDIAC en soit une copie conforme mais les Suisses ont en commun avec les groupes susnommés un goût avéré pour les rythmiques ultra carrées et musclées et pour les vocaux rauques, colériques, virils au possible.
Cela dit, le côté abrasif des riffs s'accompagne d'un groove permanent que n'aurait certainement pas renié PANTERA.

Histoire d'aérer l'atmosphère et de varier quelque peu le propos, CARDIAC se fend de temps à autre de compositions au tempo un peu plus posé, à l'approche subtilement plus mélodique. Tendance pour laquelle le groupe revendique la filiation avec le Stoner Rock de QUEENS OF THE STONE AGE. Une chose est certaine, les harmonies vocales qui rehaussent certains passages, même dans les morceaux les plus rugueux, constituent un aspect positif.

Sans être révolutionnaire, Sangrar Hasta Lograrlo n'en demeure pas moins un album réjouissant, donnant envie de slammer et de jumper. Avec un tel répertoire, il m'est avis que CARDIAC doit sérieusement déménager sur scène !!!

Vidéo de El Sonido De Una Generación : cliquez ici
Alain
Date de publication : mercredi 3 août 2016