16 / 20
20/08/16
The hibakusha haikus
ORigami geijutsU
 
ORIGAMI GEIJUTSU est un power trio français originaire de Lille. Avant que Franck (guitares), Fabien (batterie) et Florent (basse) se lancent récemment dans la confection d’origami sonores sous le nom de ORIGAMI GEIJUTSU, les 3 musiciens évoluaient déjà sous le nom de END REALITY, et nos chemins s’étaient croisés en 2011 lors de la sortie de leur EP 5 titres Three Distraught Monkeys (cliquez ici ).
Nous retrouvons plus ou moins durant ces 33 minutes ce que les 3 musiciens avaient déjà proposé sur leur EP : un métal technique aux atours hardcore et métal progressif. Ici, les 10 compositions exigeantes de The Hibakusha Haikus sont instrumentales (sauf Paranoid, où le chant hardcore de Olivier HAESE vient tapisser le mur tonal de la composition durant un peu plus de 2 minutes) et baptisées mathcore progressif instrumental. Malgré une certaine complexité dans cet assemblage, dans ce pliage sinueux de notes, la structure, portée par une puissance et une rapidité d’exécution, ainsi qu’une technique impressionnante et une dextérité pointilleuse (10 doigts à chaque main pour Franck et Florent, 6 bras et 4 pieds pour Fabien !) reste homogène et agile. Et ne dérape jamais dans un fatras musical démonstratif inaudible et incomestible. Même si une légère surenchère artistique pointent ici et là, les 10 figures acrobatiques de The Hibakusha Haikus s’imbriquent habilement, avec une certaine excentricité convenue et assumée. Fig. 1, The Randlett System, Senbazuru sont puissantes, rageuses, cataclysmiques. Trisection On A Leaf monte en puissance, avant d’imploser littéralement. Differential Geometry est frontale. Paper Yokais Awakening et sa rythmique typée Death ultra technique varie les tempos et les ambiances, tout comme Axiom II : Too Slow to Fold et ses passages plus fluides. Le diptyque A Rustle Before Silence II : From Nothing et A Rustle Before Silence II : From Nothing placent discrètement des sons de piano et claviers, étoffant sa palette de sons. Là aussi, les ambiances et les tempos sont nuancés, alternant énergie et calme. La mélodie s’étire et illumine cet enchaînement.
Autoproduit proprement, avec un son clair et chaud, élégamment orné, The Hibakusha Haikus est une chevauchée technique instrumentale. Et qui demande plusieurs écoutes avant de discerner, à travers ses nombreux pliages géométriques complexes, une forme musicale harmonieuse et cohérente.

The Hibakusha Haikus :
01 : Fig. 1 – 02 : The Randlett System – 03 : Trisection On A Leaf – 04 : Paper Yokais Awakening – 05 : Senbazuru – 06 : Axiom II : Too Slow to Fold – 07 : Differential Geometry – 08 : A Rustle Before Silence II : From Nothing – 09 : A Rustle Before Silence II : From Nothing – 10 : Paranoid










Ben
Date de publication : samedi 20 août 2016