15 / 20
25/05/17
Hiding from daylight
THALAMUS
 
THALAMUS est un groupe suédois qui présente son quatrième album, après Beneath A Dying Sun (2008), Subterfuge (2011, relire la chronique : cliquez ici) et Soul (2013, chronique ici : cliquez ici). La formation n'a donc pas attendu la lame de fond actuelle pour mettre en valeur ses influences issues de la décennie 70. Cela dit, il n'est pas question pour THALAMUS de vouloir reconstituer de manière maniaque le son d'une époque révolue. Le principal indice quant aux racines du gang est la présence d'un orgue Hammond, voire d'autres sonorités de claviers vintage. Une utilisation qui donne de l'épaisseur aux morceaux, avec ce son brumeux si caractéristique.

L'orgue et sa dimension cérémonielle aide à renforcer la dramaturgie presque Heavy Metal d'un morceau comme Time. D'ailleurs, si le répertoire proposé par THALAMUS sur Hiding From Daylight me rappelle le type de Hard Rock intense et mélodique proposé en leur temps par RAINBOW ou même par DEEP PURPLE (y compris et même surtout depuis la reformation de 1984), l'approche qu'en fait le groupe, sévère et assez sombre, apporte un subtil cachet Metal qui sied bien à l'ensemble. Il y a même une forme de solennité sur certaines compositions, notamment la plus longue d'entre elles, la sinueuse Someday. On apprécie tout particulièrement la qualité des solos de guitare qui privilégient le feeling et la mélodie plutôt que l'esbrouffe technique.

Une telle instrumentation conviendrait bien à des chanteurs du type Ian GILLAN, David COVERDALE ou Jorn LANDE. Pourtant, le timbre du guitariste et chanteur Kjell BERGENDAHL diffère assez de ceux évoqués ci-avant, étant nettement plus nasal, voire plus rauque, surtout quand il cherche à gagner en puissance. Sur le groovy Down In A Hole (où l'on aurait bien entendu un Glenn HUGUES), il cherche raisonnablement à monter dans les aigus, sans atteindre des sommets. Il me semble que le chanteur n'est jamais aussi pertinent et expressif que quand il maîtrise ses intonations rauques au profit du versant le plus chaud de son registre.

La qualité des compositions et la force de conviction dans l'interprétation des musiciens font de Hiding From Daylight un album fort plaisant à déguster, à la fois puissant et soyeux, mélodique et mélancolique.

Teaser de l'album : cliquez ici
Alain
Date de publication : jeudi 25 mai 2017