15 / 20
09/12/18
True misery
OLD MAN LIZARD
 
True Misery constitue le troisième album de ce trio originaire de Grande-Bretagne. La biographie fournie par le label situe le style du groupe aux confins du Stoner et du Sludge et, pourtant, à l'issue d'écoutes répétées, il apparaît que OLD MAN LIZARD n'en fait surtout qu'à sa tête et tente de produire une musique qui, si elle s'inspire indubitablement des deux genres évoqués, témoigne d'une personnalité en devenir. S'il faut s'en tenir à des points de repère connus du plus grand nombre, il ne me paraît pas stupide de faire référence à la branche la plus lourde et la plus barrée du Grunge (songeons à SKIN YARD et TAD), sans parler des précurseurs que furent les MELVINS. Autant charger la barque : les fans du ROLLINS BAND, de Post Metal et de Post Hardcore peuvent également adhérer à ce que OLD MAN LIZARD propose sur True Misery.

Commençons par tenter de décrire le versant le plus épais et rugueux du groupe : riffs massifs soutenus par de grosses lignes de basse, batterie laconique et sèche, voix rauque, tour à tour plaintive et colérique. A défaut d'être révolutionnaire, cet attirail se trouve utilisé avec maîtrise et efficace au fil de tempos lents ou médium. Là où OLD MAN LIZARD se distingue du vulgus pecum, c'est quand le trio truffe ses morceaux de breaks iconoclastes, souvent porteurs de mélodies simples et belles, d'ambiances crépusculaires et mélancoliques. Bref, le groupe sait jouer avec les contrastes et parvient à faire preuve d'une nuance bienvenue.

Servie par un son massif et puissant, ce Rock ombrageux n'est pas d'un abord simple mais le refus de la facilité et la passion de l'interprétation portent leurs fruits : jamais la complexité ne devient absconse, jamais la lourdeur ne verse dans la monotonie, jamais l'épaisseur ne s'englue dans le pâteux, jamais les éclaircies plus paisibles ne dégoulinent de pathos. Pour tout dire, les pistes fermement tracées sur cet album laissent augurer de suites discographiques passionnantes...

Vidéo de Snakes !!! cliquez ici
Alain
Date de publication : dimanche 9 décembre 2018