18 / 20
30/12/18
The estuary
MIRROR OF DECEPTION
 
Pratiquer le Doom Metal n'a jamais été autre chose qu'une affaire de passion. Dans le cas du groupe allemand MIRROR OF DECEPTION, le moins que l'on puisse affirmer est que cette passion pour le Doom force le respect : songez que MIRROR OF DECEPTION a vu le jour en 1990 ! Vingt-huit ans plus tard, le quartette a auto-produit son cinquième album, lequel paraît pas moins de huit ans après son prédécesseur A Smouldering Fire. Entre temps, la formation a changé sa section rythmique et c'est donc fort de ce sang neuf que MIRROR OF DECEPTION livre une œuvre pleine de maîtrise dans son exécution et riche d'une écriture personnelle.

Car, si les deux guitaristes Jochen FOPP et Michael SIFFERMAN privilégient encore et toujours une approche traditionnelle du Doom Metal, ils ont largement eu le temps de s'en approprier les recettes afin de combiner un respect de la tradition et des éléments propres. Attachons à deux domaines essentiels dans lesquels MIRROR OF DECEPTION se distingue. Comme à l'accoutumée, les tempos s'avèrent majoritairement lents mais la section rythmique se montre tout à fait capable de varier les plaisirs et évite surtout le monolithisme. Du coup, les rythmiques demeurent limpides et dynamiques, apportant un relief certain à l'ensemble des compositions.
Passons au chant, tenu par Michael SIFFERMAN. Le bonhomme ne possède pas un coffre puissant, il demeure dans un registre clair, avec un phrasé très articulé, créant une limpidité mélancolique plus qu'appréciable. Accessoirement, quelques arrangements vocaux permettent d'enrichir les harmonies, comme sur le bien nommé Divine.
Par ailleurs, selon des procédés classiques mais parfaitement mis en œuvre, les deux guitares alternent riffs rêches, harmonies et solos avant tout porteurs de mélodies.

Il reste à espérer que nous n'aurons pas à attendre à nouveau aussi longtemps pour découvrir le successeur de The Estuary et que, rêvons un peu !, un label apporte à MIRROR OF DECEPTION un soutien à la hauteur de son talent.
Alain
Date de publication : dimanche 30 décembre 2018