13 / 20
06/12/08
Glass shadows
MOSTLY AUTUMN
 
Depuis 1998 avec la sortie de son premier album For All We Shared.., MOSTLY AUTUMN ne sait guère reposé sur ses fougères ("emblème" que nous retrouvons sur les trois premiers albums) durant ces dix années passées. Avec ses huit albums studio (dont un inspiré du Seigneur des Anneaux), ses dvd (trois ou quatre, je n'arrive plus trop bien à suivre... le porte-monnaies non plus !) et sa compilation, la bande à Bryan JOSH et Heather FINDLAY fait dans la culture intensive ! Ce qui n'est pas, avouons-le, pour déplaire aux nombreux fans que le groupe a réuni sous sa coupe depuis sa naissance.

Si les premiers albums (For All We Shared.. (1998), The Spirit Of Autumn Past (1999) et The Last Bright Light (2001)) nous baladaient dans la nature avec ces thèmes et bruitages, depuis Passenger (2003) MOSTLY AUTUMN a opéré un léger virage et se fait plus Rock, délaissant petit à petit le versant celtique qui faisait son sceau personnel.
Glass Shadows fait donc logiquement suite à Passenger, Storms Over Still Water (2005) et Heart Full Of Sky (2007). Nous retrouvons quelques (sublimes) mélodies, somme toute moins flamboyantes que des titres comme Porcupine Rain, Heroes Never Die ou le fabuleux The Gap Is Too Wide des deux premiers albums. Les guitares de Bryan JOSH font plus que jamais penser à PINK FLOYD, même si ce dernier "abuse" moins de ses longs soli au fil des compositions. Dommage en ce qui me concerne ! Les claviers sont eux aussi moins chatoyants : il manque le génie et la patte de Iain JENNINGS, absent sur cet album. La rythmique est plus lourde, surtout au niveau de la batterie. Un peu plus de légèreté n'aurait rien gâché. Troy DONOCKLEY et ses uilleann pipes et autres whistles ne fait que de courtes apparitions malheureusement. Tout comme la flûte de Anne-Marie HELDER, instrument plus largement employé sur les précédents albums et tenu par Angela GORDON. Liam DAVISON, le second guitariste (rythmique) du groupe, est lui aussi aux abonnés absents sur cet album. Et puis comme depuis Storms Over Still Water, la pochette est... d'une laideur indécrottable ! Vous me direz, à juste titre, que le contenu est plus important que le contenant. Of course, mais quand même !

Mais alors que reste-t'il à ce Glass Shadows, plus sombre dans l'âme ? Quelques brins (de bruyère) d'inspiration, à l'instar des plus de 11 minutes de Glass Shadows, qui approche un Mother Nature de l'album de 2001, la voix toujours aussi sublime de notre bien aimée Heather FINDLAY (Paper Angels, Above The Blue) et quelques titres aux mélodies attachantes (The Second Hand, Flowers for Guns, Terring At The Faerytale) avec quelques soli (alléluia !) de guitares du sieur Josh. C'est malheureusement trop peu pour moi qui voue un culte à ce groupe anglais. Je retournerai donc frissonner en réécoutant pour la énième fois les 2 premières productions, espérant un rapide et prochain retour aux sources des Landes anglaises (avec le line up originel et le retour au bercail de Iain ?).
Ben
Date de publication : samedi 6 décembre 2008