Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
NINGEN ISU - Kuraku

Style : Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du label
13titre(s) - 71minute(s)

Site(s) Internet : 
NINGEN ISU WEBSITE

Label(s) :
Tokuma Japan Communications
 (17/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 01/01/2022
22ème album des vétérans du metal nippon
En 1987, Shinji WAJIMA (guitare et chant) et Kenichi SUZUKI (basse et chant) fondèrent NINGEN ISU (人間椅子 – LA CHAISE HUMAINE). Le 4 août 2021, le groupe sortait son 22ème album long : Kuraku (苦楽 - Souffrance). Shinji explique longuement le concept de l’album que je résumerais ainsi : les précédentes générations imaginaient que le 21ème siècle serait rose mais ce n’est pas le cas peut-être parce que la société cible comme objectif la richesse et le confort sans effort. Or il faut souffrir, se donner du mal, pour récolter de beaux fruits. Notre société a oublié que la souffrance et l’aisance sont les deux faces d’une même pièce. Ce sont donc la souffrance, la tristesse, et l’erreur de choix qu’il voulut peindre avec le son dur de cet album.
A noter que Kuraku est aussi le titre du magazine littéraire dans lequel fut publiée la nouvelle d’Edogawa RANPO, la Chaise Humaine, dont le groupe tient son nom.

Cet album de Heavy Metal traditionnel est incisif de la première à la dernière minute. Il comporte énormément de passages carrément jubilatoires, notamment de très bonnes parties de guitares, une section rythmique qui bûcheronne joliment, et bien sûr cette pointe d’exotisme qu’apporte le chant en japonais.

Du riff et du rythme, NINGEN ISU ne fait pas dans la ballade ni le romantisme. Les influences qui me viennent à l’esprit passent par des riffs sabbathiens comme sur Akuma No Shohōsen ou sur l’intro de Nikutai No Bōrei, une descente de manche dans Yoake Mae qui n’est pas sans rappeler Jimmy PAGE, des cavalcades maideniennes comme le final de Kamigami No Kōshin, de la pure NWOBHM comme Shijō No Kuchibiru qui me fait penser à du SAXON, jusqu’à des passages très sombres et apocalyptiques tels que le final quasi-voïvodien de Seikimatsu Jinta, ou bien des riffs purement thrash tel que celui de Kōkotsu No Kamakiri.

Avec une réelle maestria, les trois musiciens de NINGEN ISU sont capables de tirer à peu près toutes les ficelles du heavy metal traditionnel. L’album est très agréable, mon seul regret étant cette diversité qui m’empêche d’identifier une idée force à leur esthétique musicale. Un peu à l’image de l’illustration de couverture, un robot qui s’apprête à mordre dans le fruit défendu ( ?) Un rendu très froid pour une musique très chaude… Un mythe occidental pour un groupe qui se produit en costume traditionnel japonais… Je cherche en vain la cohérence avec le concept expliqué par Shinji WAJIMA... Quoique, le robot symbolisant la fénéantise de l'humain moderne, ceci pourrait expliquer cela.

Quelles que puissent être mes réserves, je reste persuadé que Kuraku est un très bon album tout à fait capable de capter l’attention de nouveaux fans y compris en France. Et, si vous découvrez et accrochez au genre, pensez au plaisir de découvrir les 21 albums qui précèdent celui-ci !

***


NINGEN ISU est composé de :
- Shinji WAJIMA : guitare et chant ;
- Kenichi SUZUKI : basse ;
- Nobu NAKAJIMA : batterie.

***


Les titres :

01. 杜子春 (Toshishun)
02. 神々の行進 (Kamigami No Kōshin – Marche Des Dieux)
03. 悪魔の処方箋 (Akuma No Shohōsen – Prescription Du Diable)
04. 暗黒王 (Ankokuō – Le Roi Des Ténèbres)
05. 人間ロボット (Ningen Robotto – Robots Humains)
06. 宇宙海賊 (Uchū Kaizoku – Pirates De L’Espace)
07. 疾れGT (Haya Re GT – Vitesse GT)
08. 世紀末ジンタ (Seikimatsu Jinta – Jinta De Fin De Siècle)
09. 悩みをつき抜けて歓喜に到れ (Nayami O Tsukinukete Kanki Ni Itare – Traversez Vos Problèmes Et Soyez Extatiques)
10. 恍惚の蟷螂 (Kōkotsu No Kamakiri – Extatique)
11. 至上の唇 (Shijō No Kuchibiru – Lèvres Suprêmes)
12. 肉体の亡霊 (Nikutai No Bōrei – Fantômes Physiques)
13. 夜明け前 (Yoake Mae – Avant L’Aube)

***


Extrait de 苦楽 (Kuraku) :

- 杜子春 (Toshishun) : Cliquez ici !

Plus un morceau de l’album en concert :

- 夜明け前 (Yoake Mae) version live : Cliquez ici !

***


Si vous aimez le style d’Edgard Alan POE en un peu plus pervers, n’hésitez pas à plonger dans le recueil de nouvelles d’Edogawa RANPO qui contient justement La Chaise Humaine.
- La Chambre rouge : Cliquez ici !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
STEEL HORSE
Wild power
TROYA
Tambores de guerra
PADRE NUESTRO
Guerrero al sol
IRON MAIDEN
Live after death
U.D.O.
Steelfactory
Chroniques du même auteur
MAD CHICKEN
Chicken of the grave
GREEN HOG BAND
Crypt of doom
FINAL GRAVITY
Surviving humanity
PEOPLE OF THE BLACK CIRCLE
People of the black circle
RED SUN ATACAMA
D-a-r-w-i-n
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /