Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
LORD VIGO - We shall overcome

Style : Epic Heavy Metal
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
11titre(s) - 51minute(s)

Site(s) Internet : 
LORD VIGO BANDCAMP
LORD VIGO FACEBOOK

Label(s) :
High Roller Records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 05/07/2022
Heavy épique dystopique de premier ordre
We Shall Overcome est le cinquième album de LORD VIGO, groupe allemand qui, depuis ses débuts, s’évertue à démontrer que l’on peut parfaitement se revendiquer de la tradition du Heavy Metal et se forger une personnalité propre. Avant d’aller plus loin, j’aimerais tordre le cou à une étiquette (je sais, les étiquettes n’ont pas de cou) accolée à LORD VIGO depuis ses débuts, et encore dans la biographie fournie par le label : Epic Doom Metal. Même si les compositions comportent des parties lentes, elles n’ont jamais constitué l’essentiel de l’identité musicale du combo. Par contre, il est indéniable que l’appellation Epic Metal correspond à merveille, tant l’écoute de ce nouvel album s’apparente à une épopée longue et mouvementée !

Nous évoquions le respect de la tradition : autant préciser que IRON MAIDEN fait office de figure tutélaire, comme en témoignent un recours à de nombreuses cassures rythmiques, un goût immodéré pour les guitares harmonisées, les lignes de basse claquantes et bien mises en valeur par le mixage. On pourrait à juste titre évoquer les noms de MERCYFUL FATE et de KING DIAMOND, ainsi que ceux de VIRGIN STEELE et de WARLORD.
Cela dit, LORD VIGO ne se contente fort heureusement pas de singer quiconque et convoque quantité d’autres dimensions qui concourent à forger un ensemble possédant une personnalité bien particulière.
Afin d’affirmer pleinement son ambition épique, le groupe a recours à de nombreux arrangements orchestraux qui installent des perspectives gigantesques, sans toutefois verser dans la pompe fumeuse ou la surenchère hollywoodienne.
Plus surprenant, un autre type d’arrangements à base de synthés se fait ponctuellement entendre –notamment en ouverture d’album avec l’instrumental Blessed Are The Meek -, caractérisé par des sonorités volontairement datées dans la seconde partie des années 70 ; il s’agit probablement pour le groupe de faire coller l’univers dystopique de l’album – nous y reviendrons - avec des films de science-fiction ou d’anticipation apocalyptique de l’époque citée.
Nettement plus classiques, les nombreux breaks mélodiques, voire acoustiques, représentent toujours aussi efficacement des oasis, contrastant avec les séquences plus remuantes, nettement majoritaires. Dans ce cas de figure où prévalent finesse, minutie et émotions délicates, on peut évoquer l’esprit des premiers FATES WARNING.

Venons-en à une caractéristique véritablement singulière chez LORD VIGO : le chant. Il reprend certains paramètres typiques du Heavy Metal en général, notamment cette faculté à tester des amplitudes en termes de registres, allant du relativement grave à des poussées raisonnablement hautes, en passant par un niveau intermédiaire médium majoritaire. Les registres graves à médium révèlent un timbre plaintif qui rappelle immanquablement le Rock gothique originel (années 80 donc) ainsi que les débuts de King Diamond au sein de MERCYFUL FATE, tandis que les pointes aigües m’évoquent parfois celles qu’atteignaient Geddy LEE avec RUSH dans la première partie de carrière. Le mélange est certes curieux, parfois un poil fragile, mais il exhale puissamment une inspiration et une sensibilité qui distinguent LORD VIGO des hordes de zélateurs stricts des normes métalliques. Si j’osais, j’affirmerais qu’on semble par moment entendre le chanteur d’ULTRAVOX, l’immense Midge URE évoluer dans un contexte Metal épique ; avant de me taxer de divagation, confrontez-vous à l’expressivité sensible et dramatique du sieur en question sur l’indépassable Dancing With Tears In My Eyes (cliquez ici), et comparez avec la prestation vocale chez LORD VIGO, et on en reparle ! De surcroît, penchez-vous sur les albums de la trilogie glaciale et morbide de THE CURE Seventeen Seconds (1980), Faith (1981) et Pornography (1982) pour saisir pleinement ce que LORD VIGO cherche à exprimer via un Metal épique… et existentiel… et torturé.

Revenons maintenant au concept propre à cet album, succinctement évoqué ci-dessus. Certes, le nom du groupe et les pseudonymes des trois membres permanents (ainsi que ceux des acolytes en configuration live) relèvent de l’univers des films Ghostbusters, laissant présager un esprit facétieux, un humour second degré, voire un esprit potache. Que nenni ! Les trois premiers albums du groupe – Under Carpathian Sun (2015), Blackborne Souls (2017) et Six Must Die (2018) – baignaient dans une thématique vampirique, rappelant l’univers visuel du mythique film Nosferatu de MURNAU (1922). En 2020, le quatrième album, Danse De Noir, entamait une nouvelle trilogie, avec un monde menacé par une prise de pouvoir par les ordinateurs ; We Shall Overcome constitue un préquel et documente donc un constat d’échec anticipé… du moins dans l’attente du prochain album, qui devrait clôturer le cycle.

Au même titre que leurs compatriotes d’ATLANTEAN KODEX, les membres productifs et inspirés de LORD VIGO contribuent, non seulement à faire perdurer, mais surtout à dépasser le reliquaire strictement balisé du Heavy Metal épique. Difficile d’affirmer de manière péremptoire que LORD VIGO incarne de facto le futur du Heavy Metal à tendance épique. Mais, une chose est certaine, c’est que We Shall Overcome préempte de manière positivement crédible une telle assertion. Et, pour quiconque refuserait sagement de se situer dans une quelconque perspective temporelle, voire historique, il reste à affirmer que découvrir le versant épique du Heavy Metal par le truchement de We Shall Overcome ne relèverait franchement pas de l’imposture, mais plutôt d’un sens inné du bon goût.

Vidéos de We Shall Overcome cliquez ici et de From Our Ashes We Will Rise cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
KACHANA
Of gods and men
BLIND GUARDIAN
At the edge of time
LUNAR SHADOW
The smokeless fires
DOMINUS PRAELII
Holding the flag of war
ATHLOS
In the shroud of legendry
Chroniques du même auteur
A DREAM OF POE
An infinity emerged
THERION
Les fleurs du mal
TOWER
Shock to the system
BURNING SHADOWS
Truth in legend
SONS OF MORPHEUS
The wooden house session
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /