17 / 20
15/02/09
The field where she died
SPLEEN ARCANA
 
Julien GAULLIER, musicien (guitares, claviers, basse, mandoline et bodhran), chanteur et auteur-compositeur a généreusement mis son album The Field Where She Died à disposition gratuitement sur le Net.
C'est sous le nom de SPLEEN ARCANA et entouré de David PERRON (batterie) et Marie GUILLAUMET (choeurs / voix) que ce talentueux musicien français nous emporte aux confins de son imaginaire créatif.

Extrêmement homogènes, les 5 compositions flirtent toutes avec les 10 minutes (sauf une de plus de 3 minutes). Nous pénétrons avec une grande facilité l'univers mélodique et mélancolique (spleen...) de l'auteur où les guitares magnifiques sont omniprésentes, tour à tour acoustiques ou électriques, et où les claviers bien souvent vintage viennent nous rappeler avec force les fastes d'un certain PINK FLOYD. Des petites touches plus nerveuses ajoutent à l'ensemble un côté Néo-Progressif 80's des plus agréable. La voix de Julien est plus que correcte, bien tenue de bout en bout. Dommage que celle de Marie n'apparaisse pas plus souvent, elle qui renforce ce sentiment de mélancolie.

Outre PINK FLOYD qui flotte tout au long de The Field Where She Died, des effluves de MARILLION (période HOGARTH), ANATHEMA (le plus calme, voire spleen !) ou bien encore GENESIS se font sentir ici ou là. Mais la force de Julien réside dans sa sincérité d'écriture et d'interprétation, sans jamais se vouloir plus royaliste que le roi, dosant à merveille son propos, sans surenchère inutile. Réalisé par Julien lui-même en totalité, le son de cet album autoproduit est excellent et mérite une large attention, non seulement de la part des fans de Progressif en général mais aussi des amoureux de belles mélodies que le versant mélancolique ne rebute point.

Voilà un bien bel ouvrage réalisé par un musicien généreux et talentueux. Merci Julien.
Ben
Date de publication : dimanche 15 février 2009