Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Dossiers
Live report :  SONATA ARCTICA + GUESTS AU TRANSBORDEUR ( SONATA ARCTICATRIOSPHERELABYRINTH )
Date de publication : 16/03/11
Auteur : Hellfire Paco
C'est décidément une année très Metal qu'on l'on vit en ce moment puisque de nombreux groupes défilent dans notre région depuis Janvier! Après HELLOWEEN, SYMPHONY X, RHAPSODY OF FIRE et SABATON notamment, c'est au tour des finlandais de SONATA ARCTICA de se présenter à nous en ce Mardi 15 Mars 2011.

Au programme de la soirée également, deux mises en bouche j'ai nommées TRIOSPHERE et LABYRINTH.
C'est TRIOSPHERE qui démarre énergiquement la soirée aux environs de 20h avec son quatuor venu tout droit de Norvège. Formation bien en place, les scandinaves nous délivrent une bonne dose de Power Metal (très) légèrement teinté de mélodies. La prestation est efficace et les titres puissants: on gardera en tête notamment Trinity et Sunriser qui font mouche sur le public lyonnais très réceptif. Il faut dire que TRIOSPHERE y met du sien et sa prestation enthousiaste symbolisée par la charmante Ida HAUKLAND au chant et à la basse met la barre assez haut pour une ouverture.

LABYRINTH enchaîne alors avant l'apothéose attendue. LABYRINTH, c'est un groupe de Metal Progressif italien qui a de la bouteille. Premier album en 1998 avec Return to Heaven's Denied, des compos de qualité qui peuvent nourrir l'excitation des spectateurs. C'est malheureusement une prestation lénifiante que nous proposent les transalpins peu concernés, à tel point que durant leur show, j'ai reçu un sms révélateur: "what a boring band!"...
Non, LABYRINTH n'a pas convaincu et encore moins Rob Tyrant leur chanteur depuis le début: une présence scénique aussi faible que son goût pour la démonstration vocale semble fort... Oui, le chanteur italien possède un joli timbre à la base et des qualités manifestes. Une technique "à l'italienne" qu'on ne renierait pas si elle était mise au service d'une prestation enlevée. Au lieu de cela, Rob Tyrant s'est amusé à aligner les cris suraigus mais n'a pas amusé le public ce qui, en tant que frontman, fait également partie de son rôle. Ajoutez à cela la longueur des compos prog du groupe et une implication toute relative des autres musiciens et le soufflet retombe...
Il est bientôt 22h et l'on attend désormais de pied ferme SONATA ARCTICA!

Cela devient un classique, les finlandais balancent une intro "décalée" avant leur entrée en scène: cela détend l'atmosphère et c'est toujours sympathique de voir un groupe se lâcher de la sorte. Personnellement, j'avais bien ri lors d'une précédente tournée introduite par le célèbre "Gaston, y'a l'téléphon qui son..."! Hier soir, on était dans la même veine. On découvre ensuite la mise en scène SONATA ARCTICA version tournée 2011 avec une grosse logistique niveau lumière : un véritable mur de leds qui accompagnera la musique du quintette scandinave tout de long de l'heure et demie que durera le show. Car c'est d'un véritable show dont on peut parler dans tous les sens du terme.
J'ai vu les prestations SONATA ARCTICA depuis leurs débuts; je m'attendais à un show très pro mais j'étais curieux d'entendre leur setlist revisitée avec de nombreux nouveaux titres sortis de Unia et de The Days of Grays. En effet, l'orientation musicale maintenant prise par le groupe est assez éloignée de mes attentes : moins directe mais plus travaillée, moins rapide et insouciante mais plus dramatique et expérimentée. Le challenge de ce soir selon moi est de livrer une performante enthousiasmante avec des chansons me semble-t-il moins taillées pour la scène.
Mais la bande à Tony a désormais un vécu non négligeable et le concert part sur un très bon rythme avec Flag In The Ground et The Last Amazing Grays. Voici des nouveaux titres qui fonctionnent bien live et qui sont reçus positivement par un public déja (il est vrai) à moitié conquis. Les raisons de cette réussite? Un son bien maîtrisé (ce qui fut d'ailleurs le cas pour les deux autres groupes), des compos suffisamment metal pour entraîner le public avec elles et surtout un investissement énorme de la part de Tony KAKKO. Vocalement, le chanteur a énormément progressé depuis ses début et sa voix particulière est très prenante. En outre, son jeu de scène est excellent: il va et vient sur la scène, arbore un large sourire, harangue la foule et headbangue lors des parties instrumentales, bref, une débauche d'énergie qui paie et donne à ce concert une autre dimension.
Vient alors la chanson Juliet qui, comme nous l'explique le leader du groupe, est inspirée de l'oeuvre de Shakespeare... et Tony de partir sur un speech humoristique pour présenter ce titre à venir! La soirée sera parsemée de ces petits interludes sur un mode léger et ma foi très plaisant. C'est ici l'artiste qui s'affirme et qui en même temps, ne se prend pas (trop) au sérieux... une méthode amusante pour se mettre le public dans la poche.
Juliet marque à mon avis le changement radical du groupe : c'est un titre complexe et dramatique littéralement "joué" par le groupe...non seulement au sens musical mais au sens théâtral. Tony, au centre de cette pièce, démontre ses qualités de chanteur capable de moduler sa voix selon les émotions et de donner cette impression vivace qu'il vit complètement sa chanson. A genoux, prostré puis debout et intenable, il nous reviste Roméo et Juliette l'espace de quelques minutes. Théâtral (peut être trop?), Tony parle même de "comediens" pour évoquer ses partenaires avant de se reprendre: "musiciens"! Révélateur...
Puis l'on se plonge dans la passé avec des titres comme Fullmoon et Blank File qui dynamitent le public ravi du Transbordeur. De manière générale, ces anciens titres viennent booster un show déjà réussi et le choix de chansons plus récentes mais redoutables comme Caleb ou Don't Say A Word finissent de parachever le travail des finlandais.
En résumé, un mélange réussi de titres nouveaux et anciens, un jeu de lumières monstrueux, une prestation musicale super pro et une prestation scénique digne d'un groupe de tête d'affiche. SONATA ARCTICA réussit ce nouveau passage à Lyon et parvient même à me combler...moi qui suis pourtant réticent vis à vis des nouveaux albums (nostalgie...). Plus important, les finlandais ont tout donné à ces fans qui n'attendaient que cela et qui leur ont bien rendu vu l'atmosphère de ferveur qui comblait fosse et gradins hier soir.
Nul doute que nous reverrons SONATA ARCTICA dans un proche avenir, sachant qu'un DVD live de la tournée sortira à l'automne prochain et que l'entrée en studio des 5 compères en vue du prochain album est prévue en Novembre dixit Tony KAKKO..."un peu avant que le monde ne connaisse sa fin paraît-il"...
Pas avant d'avoir revu SONATA ARCTICA en tous cas!



SET LIST SONATA ARCTICA

Everything Fades To Gray (Intro)
Flag In The Ground
The Last Amazing Grays
Juliet
Replica
Blank File
As If The World Wasn't Ending
Paid in Full
Victoria's Secret
Solos
The Misery
FullMoon
In Black and White
Encore:
Caleb
Don't Say A Word
Vodka (Hava Nagila)/Everything Fades To Gray


COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur le dossier
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Nico Le mercredi 16 mars 2011

Ville : Lyon
En effet, on a passé une très bonne soirée avec Sonata! Un groupe en live qui n'a rien à voir avec celui des débuts!!! Mention spéciale à Tony le chanteur.
 Actions possibles sur le dossier
Enregistrer le dossier au format .PDF
Afficher la version imprimable du dossier
Envoyer le dossier par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur le dossier
Signaler une erreur
Dossiers du même type (Live report)
- HELLFEST 2018 - CLISSON, les 22, 23 et 24 juin
- ARMORED SAINT live à Paris - La Maroquinerie, 10 juillet 2012
- HELLFEST 2014: vendredi 20 juin 2014
Dossiers du même auteur
- GAMMA RAY + RHAPSODY au TRANSBORDEUR 07/04/2014
- FREEDOM CALL au MARCHE GARE LE 6 MAI : LIVE REPORT + INTERVIEW AVEC CHRIS BAY
- BAR/PUB REPORT - Rock' n' Eat (Lyon)
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente