Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
AURA - Deliverance

Style : Prog Heavy / Prog Metal / Prog Rock
Support :  MP3 - Année : 2011
Provenance du disque : Reçu du label
10titre(s) - 54minute(s)

Site(s) Internet : 
AURA MYSPACE 

Label(s) :
Spider Rock Promotion
 (16/20)

Auteur : Ben
Date de publication : 06/04/11
Plus qu'un simple souffle !
Giovanni TROTTA (chant / batterie), Angelo CERQUAGLIA (basse), Giuseppe BRUNO (guitares) et Francesco DI VERNIERE (claviers) sont les 4 architectes italiens de ce nouvel album de AURA, faisant suite à A Different View From The Same Side diffusé en 2008.

Concept album relatant le parcours d'un voyageur en Israël et Palestine et ses réflexions sur le Christ et la Rédemption, Deliverance explore, à travers ces 10 compositions, un Rock Progressif / Néo-Progressif mélodique (In My Memories, Egypt's Call, The Bridge Of Silence, le superbe titre final instrumental Resurrection) des 70's jusqu'à la dernière décennie. Des 70's, le groupe a pioché dans les sonorités des claviers / piano rappelant ELP, voire leurs concitoyens de PFM. Souvent grandiloquents, parfois plus sages, ils n'en restent pas moins un élément omniprésent tout au long de l'album, donnant la réplique aux guitares ou nappant en solo des passages virevoltants. Les guitares, électriques et / ou acoustiques (The Arrival), amènent une touche Hard / Métal à l'ensemble, faisant corps - accords avec les claviers (A Candle's Dream), enflammant le déroulé finalement peu complexe mais alerte de la rythmique. Quelques soli magnifiques (In My Memories) nous rapprochent d'un Nick BARRETT (PENDRAGON) et de son infinie sensibilité mélodique. Une touche moderne d'un SPOCK'S BEARD n'est pas à exclure, comme sur l'instrumental Efraim. Des 90's, nous pensons alors à ce qu'avait produit les suisses de CLEPSYDRA, voire les italiens d'EPICA (à ne pas confondre avec le groupe néerlandais de Métal symphonique emmené par la belle Simone SIMONS !). Plus apprêté dans sa structure, The Glorious Day se démarque quelque peu du tout. Modérant sa fougue, AURA sait aussi harmoniser douceur et apaisement (The Arrival, titre le plus long de l'album, avec ses plus de 8 minutes, l'intro de The Last Stand, A Candle's Dream, The Bridge Of Silence). Le chant, dans un anglais correct, est agréable, clair, éloquent et pondéré (point ici d'ascensions grinçantes dans les aigus), sans jamais se départir de sa sobriété.
De nouveau réalisé par l'artiste italo-chilien Claudio BERGAMIN, l'artwork est quant à lui fastueux et très esthétique.

Si la musique de AURA peut parfois paraître passéiste, par endroit naïve, il n'en reste pas moins que ces 10 nouvelles compositions deviennent rapidement captivantes, affichant haut et clairement fraîcheur et constance. Solide et bien réel, AURA devient alors plus qu'un souffle, plus qu'une émanation mystérieuse et occulte.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
TORMENTA
Tormenta
ROYAL HUNT
Show me how to live
QUEENSRYCHE
American soldier
IT BITES
The tall ships
STOLEN MEMORIES
The strange order
Chroniques du même auteur
COUR SUPREME
#2
SHAKA PONK
The geeks and the jerkin' socks
BRIEG GUERVENO
Ar bed kloz
MOON WHISPERS
Rising
LAZULI
Tant que l'herbe est grasse
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente