Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
NEBULA - Holy shit

Style : Rock
Support :  MP3 - Année : 2019
Provenance du disque : Reçu du label
9titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
NEBULA FACEBOOK

 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 31/07/19
Rock essentiel
Mine de rien, cela faisait une décennie que le compteur discographique de NEBULA était resté bloqué sur son sixième album, Heavy Psych. Or, à mon sens, NEBULA, ce n'est pas rien, quand bien même la notoriété du combo demeure scandaleusement inférieure à ses qualités intrinsèques. Quand j'ai découvert le groupe à la fin du siècle précédent avec son premier EP, Let It Burn (1998), le groupe était assimilé à la vague montante du Stoner Rock. Tout collait : ce Rock épais aux rythmiques ventrues, cette imagerie à mi-chemin entre l'espace et le désert, cette dimension psychédélique... Cet apparentement fut amplifié à la sortie du séminal premier album, … To The Center (2000). Pour autant, le véritable révélateur de l'identité profonde de NEBULA me semble avoir été Charged (2001), album qui vit le groupe épurer quelque peu son Rock magmatique pour en revenir au un son un brin plus sec. Tout cela pour dire que NEBULA est bien plus l'héritier des formations les plus barges du Rock des années 70 qu'un simple compagnon de route du Stoner. Prenez pour balises les STOOGES - dont le I Need Somebody (initialement paru sur le fumant Raw Power de IGGY AND THE STOOGES datant de 1973) fit l'objet d'une reprise dès … To The Center - et BLUE CHEER et vous ne serez pas loin du compte.

C'est bel et bien sous cet angle qu'il faut aborder Holy Shit qui revisite avec maestria tous les aspects du spectre musical développé depuis 22 ans. Sans passer en revue chaque titre, sachez que NEBULA se montre aussi à l'aise dans les exercices les plus remuants (l'introductif Man's best Friend en est un bon exemple), comme dans les approches plus subtiles (le Blues Rock lourd et psychédélique des longs et tortueux The Cry Of A Tortured World et Tomorrow Never Comes), voire franchement psychédéliques (le superbe et flottant Gates Of Eden). Le Garage Rock racé pointe même son groin sur le bref Fistful Of Pills.

L'expérience du gang parle à chaque instant, que ce soit dans la force des compositions, dans le sens des arrangements, dans l'intensité chamanique de l'interprétation. Il faut dire que le son particulièrement bien équilibré permet tout à la fois de laisser libre cours aux penchants les plus lourds (rythmiques de plomb, accès rageurs) et d'exprimer une sensibilité à fleur de peau. NEBULA ne vient pas seulement de réussir son retour, ni même de livrer un de ses meilleurs albums : NEBULA se pose de facto en maître-étalon d'un Rock rebelle, puissant et psychédélique. Bonne chance à la concurrence... et merci pour le méga trip !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
BUKOWSKI
The midnight sons
THE MORGANATICS
Never be part of your world
JIMMY BARNES
My criminal record
TRACY GANG PUSSY
Number4
KABÁT
Do pekla / do nebe
Chroniques du même auteur
CITIES OF MARS
Temporal rifts
AORLHAC
L'esprit des vents
AKPHAEZYA
Anthology iv (the tragedy of nerak)
BANQUET
Jupiter rose
SCANNER
Hypertrace
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente