Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DEAD TREE SEEDS - Back to the seeds

Style : Thrash
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du groupe
4titre(s) - 18minute(s)

Site(s) Internet : 
DEAD TREE SEEDS FACEBOOK
DEAD TREE SEEDS BANDCAMP

Label(s) :
Music records
 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 01/02/2022
Thrashers, prenez-en de la graine !
Ah, DEAD TREE SEEDS ! enfin une canditature française sérieuse pour le grand concours de l’Eurovision version thrash metal. En effet, Paris - capitale de la haute couture et du luxe - nous offre un combo thrash qui maîtrise le ciselage du riff pour le rendre étincelant, le dosage des solos pour enflammer les sens, et qui sait tailler un short aux posers avec force et célérité.

En 2020 déjà, par sa fraîcheur et son professionnalisme, l’album Push The Button avait rageusement conquis les métalleux des bas-fonds de la capitale. Les voici aujourd’hui prêts à gravir les marches de cet escalier doré qui mène des enfers à la gloire. Pour mener à bien ce diabolique dessein, DTS veut prouver qu’il a évolué et pour ce faire, quoi de mieux que d’organiser une comparaison avec le passé ? C’est ainsi que notre mauvaise graine exhume d’un premier album de 2013 (Seeds Of Thrash) 3 morceaux qu’elle va réaffûter et réenregistrer en y ajoutant un brûlot inédit de conception récente, 1796. Attention : ce n’est pas la date de composition du morceau mais son titre. (Ndlr. - Que voilà une utile précision !)

L’opération Zéro Concession se déploie et le groupe tourne résolument le dos à la culture avec un grand CUL pour mieux mobiliser les hordes de barbares aux oreilles métalliques. Back To The Seeds, c’est du pur thrash oldschool, avec un gros son, une envie sincère de botter le cul des bisounours, et une volonté expresse d’en avoir rien à foutre de ce que peuvent penser les médias mainstream soi-disant rock ou pas. Les graines d’un arbre mort se sèment dans l’underground, et non sur le toit-terrasse d’un penthouse du seizième arrondissement.

La détermination du quintet se fait sentir dès le morceau d’ouverture, l’inédit 1796 (année idéale pour louer un bon appart dans la campagne italienne). Un début qui sonne assez SLAYER avec riff thrashy bien gras et voix revancharde. La rythmique se fait plus lourde peu avant un excellent solo. Je note au passage que la section rythmique est largement à la hauteur de la mission qui lui est confiée, c’est-à-dire exploser le maximum de vertèbres cervicales dans un minimum de temps.

Avec Set The Fire, la folie ne faiblit pas. Ce titre est encore une fois un pur délice pour les amateurs du vrai thrash metal des origines avec toute la fureur et la précision requises pour l’exercice. Quel plaisir d’entendre une telle passion en 2022 !

Et Torture And Rage ! encore un morceau plein de stop and go millimétrés, solos brûlants qui sonnent comme du Marty FRIEDMAN (MEGADETH) ou du Alex SKOLNICK (TESTAMENT). Déjà trois brulots d’affilée, ce groupe ne fait pas semblant d’être au top, il l’est.

Encore plus rentre-dedans que les trois premiers titres, la clôture du EP est un hommage au thrash bien senti qui s’intitule de manière particulièrement directe : Homage To Thrash. Là, ça ne rigole pas, ça frôle carrément la violence du fameux Power & Pain de WHIPLASH – si, si !

Et voilà comment, en dix-huit minutes chrono, DEAD TREE SEEDS parvient à gauler un nouveau fan, à savoir, moi. Il ne me restait plus qu’à écouter les albums précédents pour pouvoir écrire une chronique en connaissance de cause et finir par me convaincre que ce groupe est à surveiller de très, très près. Pour peu que le line up reste stable, il a le potentiel et la hargne de s’imposer parmi les grands de la New Wave Of Traditionnal Thrash Metal aux côtés d’EVILE, HAVOK, SUICIDAL ANGELS, MISFIRE et autres BULLET-PROOF.

***


DEAD TREE SEEDS est composé de :
- Aurélien GONZALEZ : lead guitar ;
- François ODONNET : guitare ;
- Sidi ASSILA : basse ;
- Frank VORTEX : chant ;
- Alexandre PRUDENT : batterie.

Et, pour la superbe illustration de couverture : COSMIN. Ce dernier est également auteur de la couverture du précédent album.


***


Extrait vidéo de Back To The Seeds :
- 1796 : Clique’em all!

***


Le coin des anglophobes :
Pour ceux d’entre vous qui sont fâchés avec la langue officielle de la Jamaïque, je précise que ‘dead tree seeds’ signifie ‘graines de l’arbre mort’ et que l’arbre en question n’est pas un chêne sinon ces zicos seraient des glands.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
WITCHTRAP
No anesthesia
RESISTANCE
Bang your fucking skull
RESISTANCE
A tale of decadence
COLLAPSE
A mano armata
REDIMONI
The onset of chaos
Chroniques du même auteur
SAGREVEHT
Thanatology
ELEKTRADRIVE
Over the space
IN.SI.DIA
Di luce e d'aria
NINGEN ISU
Kuraku
HEEZER
1er ep
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /