Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
RUBY THE HATCHET - Fear is a cruel master

Style : Hard Rock
Support :  MP3 - Année : 2022
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
RUBY THE HATCHET FACEBOOK
RUBY THE HATCHET BANDCAMP

Label(s) :
Magnetic Eye records
 (18/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 14/11/2022
Heavy rock grisant aux effluves 70's
Mine de rien, à l’occasion de la sortie de son cinquième album, il est permis de constater que ce quintette originaire de Philadelphie, formé en 2010, franchit fièrement le cap des dix ans d’activité discographique avec Fear Is A Cruel Master, qui trône, tout frais et tout neuf, au sommet d’une discographie inaugurée par Ouroboros (2012, autoproduction), Valley Of The Snake (2015, cliquez ici) et Planetary Space Child (2017). Avec une telle expérience et un tel recul, l’attente du chroniqueur demeure bienveillante mais exige a minima des évolutions notables. Et c’est avec soulagement et enthousiasme que nous pouvons affirmer, qu’en 2022, RUBY THE HATCHET tout à la fois se confirme, se consolide et se dépasse.

En effet, le groupe demeure fidèle à son schéma fondamental. A savoir un Heavy Rock qui emprunte de nombreuses tournures aux années 70 : effluves psychédéliques, orgue au son épais (prestation de Sean Kahn HUR, toute entière au service du collectif), nombreux plans de guitares jumelles (rappelant autant THIN LIZZY que WISHBONE ASH, Johnny SCARPS seul à la manœuvre, grâce aux overdubs), une production privilégiant un rendu vocal gavé d’écho. Mais on constate également une approche typique des années 80, avec une section rythmique immédiate et sèche, des riffs de guitare directs, entre tranchant acéré et gras épais, des mélodies – tant instrumentales que vocales - simples mais accrocheuses. RUBY THE HATCHET assure plus que jamais la synthèse entre deux périodes que l’on a trop souvent opposées.

Au sein de ce dispositif artistiquement inspiré et magnifiquement interprété, on ne peut manquer de distinguer la prestation de la chanteuse Jillian TAYLOR. Sans jamais recourir à des artifices soit acrobatiques (vocalises haut perchées, prétentions néo-classiques), soit extrêmes, elle pose son timbre médium avec assurance et l’adapte à l’ambiance de chaque titre, se montrant plus ou moins tendue, mélancolique ou apaisée. A coup sûr un atout majeur pour RUBY THE HATCHET.

Bénéficiant d’un son limpide et nerveux, les compositions ont ceci en commun qu’elles ont été pensées et arrangées pour offrir à l’auditeur un accès direct, évident et immédiat. Cela n’exclue en rien un sens affûté de la subtilité, mais on sent que les rythmiques accrochent l’oreille à chaque instant et que les lignes de chant sont pleinement maîtrisées, pleines de variations dans les expressions, tout en demeurant assez directes. Que le tempo soit lent, médium ou plus enlevé, que l’ambiance soit plus Rock ou plus dramatique, RUBY THE HATCHET charme par son Hard Rock qui ressemble un peu à une fusion idéale entre URIAH HEEP et THIN LIZZY, l’énergie cinglante en plus.

Vidéos de Deceiver cliquez ici, de Primitive Man cliquez ici et de 1,000 Years cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
JMM213 Le mardi 15 novembre 2022

Ville : 91360
Ta chronique rend parfaitement compte de ce qui est proposé. Nous sommes en face d'un album complétement psyché, ambiance fin 70 (oh, le look des musicos !), avec la voix de la chanteuse qui me rappelle fortement Christine MC VIE ou/et Stevie NICKS de FLEETWOOD MAC. De plus, tu me cherches en faisant référence à THIN LIZZY et WISHBONE ASH !
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
FIRE ROSE
Devil on high wheels
EDGE
Heaven knows
PHANTOM 5
Play to win
MAJOR INSTINCT
Roots & wings
SANGE MAIN MACHINE
Ready for the show
Chroniques du même auteur
ARX ATRATA
The path untravelled
HAUNTED
Dayburner
THE SLAYERKING
Sanatana dharma
OSTROGOTH
Too hot
ARRAKIS
Technontology vol. 1
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /