Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
MOURNFUL CONGREGATION - The exuviae of gods part 2

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
3titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
MOURNFUL CONGREGATION BANDCAMP
MOURNFUL CONGREGATION FACEBOOK

Label(s) :
Osmose productions
 (17/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 31/05/2023
Funeral doom dynamique et mélodique
Formé en 1993, le groupe australien MOURNFUL CONGREGATION fait figure de vétéran dans la scène Funeral Doom. Pour autant, sa discographie ne compte que cinq albums, le dernier en date étant The Incubus Of Karma, paru en 2018. Assez bizarrement, MOURNFUL CONGREGATION ne s’est par la suite pas lancé dans la composition d’un sixième opus, mais bien dans la création d’œuvres plus brèves. Ainsi, The Exuviae of Gods Part 1 vit le jour en 2022, riche de trois titres, à titre de EP (d’une durée excédant tout de même les 37 minutes !). Assez logiquement, le groupe réédite la formule avec The Exuviae of Gods Part 2, à nouveau composé de trois morceaux, dont la durée cumulée frôle les 40 minutes ; la répartition des durées donne un aperçu significatif de l’ambition de MOURNFUL CONGREGATION, avec The Paling Crest culminant à 18’39, suivi par Heads Bowed (12’25), The Forbidden Abysm (8’46) faisant office de poids léger. Il est à noter que Heads Bowed est une composition fort ancienne, puisqu’elle parut en 1995 sur la cassette démo An Epic Dream of Desire ; ainsi, le groupe se paie le loisir de revisiter et de réinterpréter son passé, tout en proposant deux nouvelles compositions.

Avec un tel schéma, mêlant l’ancien et le nouveau, le risque est double, puisque l’auditeur peut d’une part tout à loisir établir des comparaisons défavorables entre les époques, d’autre part livrer un résultat stylistiquement disparate. Au final, le résultat global témoigne d’une grande cohérence stylistique, démonstration de la constance au fil des ans d’un groupe, davantage soucieux d’explorer en profondeur une veine, plutôt que de changer à tout prix. En somme, il est convenu que, pour MOURNFUL CONGREGATION, le tempo se doit de demeurer très lent, ce qui n’empêche en rien de salutaires variations de rythmes, gages de ponctuations dynamiques qui sauvent le dispositif rythmique d’une monotonie fatale.

Quant aux guitares, les fans de Funeral Doom pur et dur apprécieront ces séquences au cours desquelles l’auditeur se trouve littéralement laminé par des riffs basiques, répétés jusqu’à l’aplatissement fatal. Pour autant, le groupe affectionne plus que tout les riffs plutôt mélodiques, foncièrement mélancoliques, ceux-là mêmes qui caractérisent le Doom Death originel (songez à PARADISE LOST et MY DYING BRIDE), mais également le Doom épique (CANDLEMASS, SOLITUDE AETURNUS) ; de fait, outre un indéniable sentiment de décrépitude morale, les guitares parviennent par moments à insuffler une dimension plus mystique. Enfin, la place des guitares acoustiques s’avère essentielle depuis les origines, jusqu’à nos jours. Véritables oasis, les plages réservées à la guitare acoustique – que ce soit en introduction ou en plein milieu des morceaux – s’imposent comme un marqueur identitaire de premier ordre. Dans ces moments-là, tout devient simple, cristallin, apaisé, ce qui crée de facto des contrastes saisissants avec un environnement rythmique autrement plus épais et oppressant. Avec l’adjonction de claviers en guise d’arrangements, certaines plages versent même dans l’Ambient, le tout en parfaite complémentarité avec le fond relevant majoritairement du Funeral Doom.

Dernier élément caractéristique du Funeral Doom, les vocaux s’avèrent, comme de bien entendu, grondants, rauques, caverneux, inarticulés, presqu’inexpressifs. Il n’empêche que, relégués au second plan par le mixage, ils n’obèrent en rien la lisibilité de l’ensemble. Quelques passages plus parlés que grondés ne changent pas grand-chose à l’affaire, le registre vocal ancre plus que jamais MOURNFUL CONGREGATION dans le Funeral Doom.

Même en demeurant fidèle aux préceptes de base de ce sous-genre, le groupe parvient à tirer son épingle du jeu, en refusant notamment de verser dans le monolithisme. Outre des compositions possédant chacune une trame dramatique distincte, le répertoire proposé ici vaut pour sa clarté d’exposition, le mixage prenant soin d’exposer correctement chaque élément, à l’exception toutefois des vocaux qui se trouvent volontairement enfouis dans le mur rythmique. En conséquence de quoi, les mélodies des guitares ressortent particulièrement, les variations rythmiques fonctionnent à plein et l’auditeur a moins l’impression d’être enterré vivant sous une chape de marbre que d’effectuer un voyage émotionnel, certes foncièrement sombre, mais vibrant. Comme quoi, sans remettre en cause les tables de la Loi, on peut en proposer une version avenante… Vivement le prochain album !

Vidéo de The Forbidden Abysm : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
STONED JESUS
Father light
KING BONG
Sand ≈ return
MONSTER MAGNET
Last patrol
EVIL SPIRIT
The imageless mirror
KING HEAVY
Guardian demons
Chroniques du même auteur
VIRGIN STEELE
The passion of dyonisius
WITNESSES
Iv
ANVIL
Pound by pound
TREURWILG
An end to rumination
AMBUSH
Firestorm
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /