Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
ADRANA - The ancient realms

Style : Symphonic Metal
Support :  CD promo - Année : 2011
Provenance du disque : Reçu du label
12titre(s) - 55minute(s)

Site(s) Internet : 
ADRANA Myspace 

Label(s) :
Brennus Music
 (16/20)

Auteur : metalmp
Date de publication : 20/02/12
Les songes d'une princesse
Il aura fallu qu’ADRANA bataille de longs mois avant de décrocher enfin un deal avec un label d’envergure. Sans réelle surprise, les Tourangeaux trouvent refuge chez Brennus, spécialiste du metal mélodique. Sans la pression de la distribution, ADRANA devrait logiquement grandir, et voir l’envergure de son aura s’étendre à plus loin que la région Centre qui l’a vu naître.

Pourquoi changer une formule gagnante ? Le concept d’ADRANA reste identique, et seule l’histoire de cette (future ?) glorieuse princesse combattante du bien se voit ajouter un chapitre. Anae se positionne tout au long de l’album comme une des plus prometteuses chanteuses lyriques actuellement en activité en France, malgré le fait que son anglais soit difficilement compréhensible. La vocaliste, qui par instant rappelle Kate BUSH ou Björk, est soutenue tout au long de ces 55’ par une équipe de choc et soudée. Clairement, nous avons ici des musiciens au talent certain, tous dotés d’un sens affiné de la composition et de l’exécution. Rien n’est laissé au hasard, tout est calibré pour taper dans le mille, et avec des tripes, s'il vous plait !

ADRANA explore différents champs, teste et trouve. Les passages hispanisants ou plus orientaux côtoient des instant plus « trottants » dans un esprit somme toute joyeux auquel se mêle une certaine mélancolie (Prison Of Memories). Je reprochais au premier album d’être trop optimiste et pas assez inquiétant. The Ancient Realms, s’il est construit sur des bases identiques, s’il est clairement divisé en trois parties (une première étape joyeuse et innocente, une seconde, plus courte mais sombre, avant un retour vers la lumière, très légèrement perturbé par quelques incursions vocales death sur Obedian Collapses) voit cependant ADRANA parfaire son propos testé sur Perturbatio (2008) et parvient à monter le niveau, déjà élevé, d’un cran. La formation reste optimiste, et, finalement, c’est ce qui permet à ADRANA de se distinguer des autres formations du genre. En restant fidèle à son approche musicale et scénique, ADRANA ne pourra que, espérons le, séduire un public plus large.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SONATA ARCTICA
The days of grays
WHISPERING TALES
Ad abolendam - ashes, blood and stars
BEL O KAN
Birth of a queen
DELAIN
April rain
KAMELOT
Poetry for the poisoned
Chroniques du même auteur
SCORPIONS
Blackout
LE BAL DES ENRAGES
Le grand retour - live 2012
ROYAL REPUBLIC
Save the nation
WHISPERING TALES
Ad abolendam - ashes, blood and stars
LUX AETERNA
Echoes from silence
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente