Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
IGGY & THE STOOGES - Raw power

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 1973
Provenance du disque : Acheté
8titre(s) - 34minute(s)

Site(s) Internet : 
IGGY & THE STOOGES MYSPACE
IGGY & THE STOOGES WEBSITE

Label(s) :
CBS
 (18/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 13/08/11
oldies but goldies: un des précurseurs du punk
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou re découvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.)...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


A la sortie de Raw Power, les STOOGES exercent déjà une influence considérable, comparable à celle du VELVET UNDERGROUND. Le premier album du gang new-yorkais, The Velvet Underground & Nico, avait inspiré à Brian ENO une formule restée célèbre : « Seulement 5000 personnes ont acheté cet album, mais elles ont toutes monté un groupe. ». De la même manière, la formation d’Iggy POP n’a jamais réalisé des chiffres de ventes spectaculaires, mais des titres tels que No Fun ou I Wanna Be Your Dog ont montré la voie à quantité d’artistes. Certains d’entre eux constitueront des figures incontournables : il en est ainsi des SEX PISTOLS qui reprendront justement No Fun. Si ces derniers sont généralement considérés comme le groupe phare du mouvement Punk, les STOOGES en constituent assurément l’un des précurseurs.

La formation d’Ann Arbor, dans le Michigan, est rapidement réputée pour les outrances scéniques d’Iggy POP qui s’étale fréquemment du beurre de cacahuète ou de la viande à hamburger sur le torse. Les musiciens se distinguent par leurs abus en tous genres, l’alcool qui vaudra son renvoi au bassiste Dave ALEXANDER, mais également les drogues dures dont tous les membres du groupe sont de gros consommateurs. Ces frasques entraîneront leur licenciement par le label Elektra qui avait publié leurs deux premiers albums. C’est alors qu’intervient David BOWIE. Au faîte de sa gloire après la parution de son légendaire album Ziggy Stardust en 1972, il se rapproche d’Iggy et de James WILLIAMSON, venu renforcer le groupe en tant que deuxième guitariste, et leur obtient un contrat chez Columbia. Désormais baptisée IGGY & THE STOOGES, la formation composée d’Iggy POP, James WILLIAMSON, Ron ASHETON, qui doit délaisser la guitare pour la basse, et son frère Scott à la batterie, enregistre Raw Power qui paraît en 1973.

Si les premiers albums des STOOGES ont jeté les bases de leur son, ils font preuve d’un certain éclectisme qui ne les confine pas au courant Punk. Le Blues y fait par exemple une apparition à travers Dirt sur Fun House. A l’inverse, Raw Power pourrait difficilement mieux porter son nom tant le sentiment de « puissance brute » s’impose dès les premières écoutes. Pour cette raison, ce LP est considéré comme l’un des principaux albums fondateurs du Punk. Il connaîtra une influence considérable, un certain Kurt COBAIN le classant à la première place de ses disques préférés.

Raw Power propose une majorité de plages rapides, notamment le morceau titre, soutenus par une rythmique plus sauvage encore depuis que James WILLIAMSON occupe le poste de guitariste. Ces morceaux expriment l’urgence et le danger, une notion présente dans le titre de la deuxième plage, Gimme Danger. Le chant d’Iggy POP y contribue largement. L’Iguane hurle, voire vomit des paroles d’une violence sans équivoque, ainsi les premiers vers du classique Search And Destroy : « I’m a street walking cheetah with a heart full of napalm / I’m a runaway son of a nuclear A-bomb. » sur lequel sa voix atteint des hauteurs inhabituelles.

Seul un titre s’écarte véritablement de l’orientation générale de l’album, en l’occurrence le bluesy I Need Somebody. S’il comporte des plans classiques du genre, le timbre rugueux adopté par le chanteur le rattache davantage au genre Hard Blues.

Les parties de guitare de WILLIAMSON se révèlent plutôt élaborés s’agissant d’un album Punk. Ainsi, il agrémente l’intro de Your Pretty Face Is Going To Hell de parties solo, même si leur mise en place n’est pas toujours irréprochable. Par ailleurs Gimme Danger comporte des passages en arpèges au début du titre puis, lors du pont, au détour de quelques notes cristallines.

Le mixage d’origine de Raw Power, réalisé par David BOWIE, est longtemps resté très controversé. En 1997 paraît une réédition dotée du mix proposé par Iggy POP, mais l’album demeure particulièrement violent. Cependant le travail du Thin White Duke vient d’être réhabilité par la sortie en 2010 de Raw Power (Legacy edition). Les STOOGES sont par ailleurs revenus au premier plan, suite à leur reformation en 2009. James WILLIAMSON a définitivement remplacé Ron ASHETON disparu la même année. Enfin l’année 2010 les a également vus intronisés au Rock And Roll Hall Of Fame, une consécration logique pour une formation qui compte aujourd’hui encore bien des héritiers.

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Alain Le lundi 15 août 2011
Pour ma part, je suis un inconditionnel de "Funhouse", démentiel second album des STOOGES. Les compositions de "Raw Power" sont plus classiques mais elles ont de ce fait effectivement influencé des milliers de groupes. Cela dit, je pense que l'influence des STOOGES et d'Iggy n'a pris de l'ampleur que dans les années postérieures à "Raw Power", qui ne fut pas plus un succès commercial que les deux albums précédents. Too much too soon. Je confirme que l'édition Legacy de 2010 (2 CDs) réhabilite le mixage crade et déséquilibré supervisé par Bowie : et quand c'est crade, c'est bon, forcément bon.
Rémifm Le dimanche 14 août 2011

Ville : Chambéry
Chouman nous parle d'un temps que les moins de 20 ans...peuvent désormais connaître grâce à internet... Bande de veinards va !!! Belle chro Mister mais je préfère David Bowie tout de même !!! :-)
Commentaire de Chouman : Merci beaucoup ! Effectivement David BOWIE assure, j'ai pas mal écouté Ziggy Stardust et Aladdin Sane, superbes albums ! J'avoue que je connais moins la suite de sa carrière. Biz !!
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
GEFF
Land of the free
VIRIDANSE
Hansel, gretel e la strega cannibale
FREE SPIRIT
Pale sister of light
THE POODLES
Devil in the details
TESLA
Comin' atcha live ! 2008
Chroniques du même auteur
AUDIOSLAVE
Audioslave
ZAVOD
Industrial city
BLACK SABBATH
Paranoid
NOJIA
Solarchitect
BLONDSTONE
Ep#1
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente