Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
THE SUPERCOPTERS - Pschos heroes

Style : Hard Rock
Support :  CD promo - Année : 2011
Provenance du disque : Reçu du label
13titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
WEBSITE THE SUPERCOPTERS
THE SUPERCOPTERS MYSPACE 
THE SUPERCOPTERS FACEBOOK

Label(s) :
Senor Limpo
 (17/20)

Auteur : metalmp
Date de publication : 26/09/11
Rock and rooooollll ! ! !
Recette originale du Psychos Heroes façon THE SUPERCOPTERS

Ingrédients :

Une pincée de MOTORHEAD.
Un soupçon d’ACDC et de ROLLING STONES.
Une accroche AIRBOURNE.
Une once de NASHVILLE PUSSY ou, à défaut, de SUPERSUCKERS.
Une dose de Southern Rock, une autre de Glam Metal et une de Sleaze.
Une cuillerée à soupe d’impertinence Punk.
Une vérité cachée de Jacques DUTRONC.
Mélanger le tout dans l’ordre que vous souhaitez, mettre au four et laisser cuire une heure. Consommez le tout chaud, très chaud même !

Vous l’aurez compris, ce Psychos Heroes, premier album des Dijonnais de THE SUPERCOPTERS est une franche réussite. En tout cas, il m'a emballé. Les gaillards ont décidé de jouer du Rock’n’Roll simple et survitaminé qui rappelle incontestablement les 70’s mâtinées d’un soupçon de cette révolution que fut le Hair Metal version HANOI ROCKS et MOTLEY CRUE. Cette période ou le show pouvait paraitre prendre le dessus sur la musique mais où l'attitude irrévérencieuse était héritée des Punks anglais par qui le scandale arrive...

Tout commence dès la pochette signée Chris MALGRAIN qui rappelle l’esprit cartoon et comics de cette même période, qui, comme le fit AIRBOURNE en 2009 sur No Guts No Glory, est truffée de références au contenu musical : Superzero, She Drinks Gasoline ou Gatörhead sont les plus évidentes. Il semble évident, dès cette première approche que l’air va s’emplir d’un esprit fun et festif, sentiment confirmé en retournant l’objet et en lisant les titres. Hormis les trois précités, je me frotte les mains à l’idée d’écouter Hippie End, Against All Pets, Splashback ou Lunchtime Disco. Tout un programme qui peut se résumer avec ce A Shape Of Punk To Come

Enfin, l’écoute confirme ces a priori : on a ici à faire à des gens qui vont droit au but, sans prise de tête, et qui, au passage et sans doute accessoirement, délivrent une énergie folle et communicative. Impossible de rester de marbre dès l'explosion rythmée de Superzero (est-ce le motif de la faute volontaire du titre de l'album, la liaison permettant l'évocation de ce Zéro?) Et comment ne pas se dire, sur Against All Pets "je connais cet air"? Le refrain évoque sans aucun doute possible un certain On Nous Cache Tout On Nous Dit Rien... Ca marche, ça fait mouche tout au long de cet album qui n'est qu'une décharge d'énergie en continu. Sauf sans doute sur ce petit passage à vide que sont B&C, Electric Chair et Gatörhead. Mais la déflagration délivrée auparavant explique sans doute ce sentiment qui ne reste que passager. Si ces trois morceaux semblent plus calmes, ils n'es sont pas moins à leur place. Puis la machine repart dès N.R.A et les deux titres suivants - 6 Is 6 et Ronnie Go ! - qui permettent de clôre majestueusement ce premier essai, à consommer sans modération.

Bien que cet album soit ma seconde grosse surprise française de l’année (avec celui de SUPERFIZ… Marrant, les deux groupes ont « SUPER » dans leur nom, un signe ?), je n’ai qu’un regret, mais de taille... Et qui sera sans conteste un frein au développement de THE SUPERCOPTERS à l’étranger : les paroles chantées en anglais sont purement et simplement incompréhensibles. Quel dommage de gâcher un tel potentiel avec cette bouillie verbale ! Je suis loin d’être le seul à l’avoir dit et écrit depuis des décennies mais aucun groupe français ne percera jamais à l’étranger avec un accent aussi ridicule. RAMMSTEIN ne s’y est pas risqué, préférant chanter en allemand. On en connait le résultat... En ce qui concerne THE SUPERCOPTERS, cette difficulté n’est pas un détail, car son potentiel musical est grand. Dommage de s’empêcher d’avancer à cause de ce frein, car, comme le disait Gene SIMMONS (KISS) il y a quelques années au cours d'une interview, quand on décide d’envoyer sa démo ou son album, on est dans une démarche commerciale. Alors autant faire les choses bien jusqu’au bout ! Vous êtes sur la bonne voie, les gars. Mais ne tombez pas dans le piège dans lequel s'engouffrent nombre de formations hexagonales croyant que, de toutes les façons, en France, personne ne comprend l'anglais !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
MAD MAX
Another night of passion
AUTOGRAPH
Missing pieces
KHYMERA
The greatest wonder
ALTER BRIDGE
Fortress
ECLIPSE
Monumentum
Chroniques du même auteur
KORITNI
Alive & kicking
CORBEAUX
Hit the head
HELLOWEEN
7 sinners
SERPENT SAINTS
All things metal
PAT O'MAY
Behind the pics
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente