Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
SILVERCHAIR - Frogstomp

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 1995
Provenance du disque : Acheté
11titre(s) - 44minute(s)

Site(s) Internet : 
SILVERCHAIR WEBSITE
SILVERCHAIR MYSPACE 

 (17/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 09/12/11
oldies but goldies: trio grunge juvénile
Nous avons décidé de vous faire découvrir (ou re découvrir) les albums qui ont marqué une époque et qui nous paraissent importants pour comprendre l'évolution de notre style préféré.
Nous traiterons de l'album en le réintégrant dans son contexte originel (anecdotes, etc.)...
Une chronique qui se veut 100% "passionnée" et "nostalgique" et qui nous l'espérons, vous fera réagir par le biais des commentaires ! ......
Bon voyage !


A l’âge de treize ans, Daniel JOHNS connaît une révélation en regardant la vidéo du Live At Wembley Stadium de QUEEN, qui l’encourage à devenir musicien professionnel. La consécration sera particulièrement rapide pour cet adolescent fasciné par le jeu de Ritchie BLACKMORE. Constitué de JOHNS (chant et guitare), Ben GILLIES (batterie) et Chris JOANNOU (basse), tous nés en 1979, le trio australien SILVERCHAIR remporte en 1994 un concours national de démo qui leur permet de signer un contrat avec Sony. La major publie alors un premier EP, Tomorrow, puis, l’année suivante, Frogstomp, premier long format du groupe. Le disque rencontre un succès d’autant plus impressionnant que ses membres ne sont âgés que de quinze ans !

Il a souvent été reproché à SILVERCHAIR de manquer d’originalité, voire de ne constituer que de pales copies de NIRVANA ou PEARL JAM. Certes, Frogstomp est sorti assez opportunément en pleine vague Grunge, mais leur amour de cette musique paraît tout à fait sincère. Les Australiens revendiquent des influences similaires à celles de la scène de Seattle : comme SOUNDGARDEN, ils se réclament de BLACK SABBATH et LED ZEPPELIN.

L’album est dominé par les guitares lourdement saturées de JOHNS, dont les compositions sont construites autour de riffs pesants. Par le gimmick monolithique de ses couplets, le lent Leave Me Out rappelle fortement BLACK SABBATH. Les titres Heavy abondent, qu’il s’agisse de Israel’s Son, introduit par une basse massive, ou de Undecided. Le riff entêtant de Pure Massacre est joué en son clair, mais la distorsion reprend ses droits sur les refrains. Cette alternance d’ambiances donne lieu à l’un des titres majeurs de l’album, également paru en single.

Le juvénile trio fait preuve d’un potentiel intéressant, créant des parties instrumentales parfois très élaborées. Daniel JOHNS propose ainsi des rythmiques plutôt riches, notamment sur le pont de Tomorrow, dont les liaisons mélodiques évoquent Jimi HENDRIX. Dans le même esprit, les arpèges d’intro de Suicidal Dream reposent sur des accords peu courants.

Cependant, c’est en ce qui concerne le chant que JOHNS s’avère le plus impressionnant. Difficile d’imaginer que cette voix éraillée, écorchée, est celle d’un garçon de quinze ans. La puissance dont il fait preuve est indéniable : il suffit d’écouter le final de Israel’s Son pour s’en convaincre. Le chanteur interprète avec le même talent les ballades Suicidal Dream et Shade, offrant une performance spectaculaire sur le refrain de cette dernière.

Enfin, SILVERCHAIR aborde des thèmes difficiles, fréquemment inspirés d’émissions télévisées. Pure Massacre dénonce ainsi la guerre en Bosnie et évoque des populations avides de liberté (« People crying for freedom »). Quant à Suicidal Dream, il possède un titre sans équivoque. La gravité du propos n’empêche pas le trio de faire preuve d’un humour absurde mais décapant. Les jeunes musiciens ne font pas mystère de leur affection pour les… lamas, et rassurent les amoureux de l’espèce en précisant sur les notes de pochette qu’aucun de ces animaux n’a été blessé durant l’enregistrement !

Suite aux réserves formulées à son encontre, SILVERCHAIR évoluera après ce remarquable premier album vers un son plus personnel, symbolisé notamment par son deuxième opus Freak Show, paru en 1997. A ce jour, la formation a vendu six millions de disques. En mai 2011, elle a cependant annoncé sur Facebook qu’elle entrait dans une phase d’inactivité. Ben GILLIES a rapidement indiqué qu’il n’était pas question d’une séparation du groupe.

Retrouvez les autres chroniques de ces groupes "Coup de Coeur" en utilisant le moteur de recherche sur la page des chroniques (Lien "Chroniques" au niveau du menu). Rechercher les mots: Oldies but goldies.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Rémifm Le samedi 17 décembre 2011

Ville : Chambéry
Tiens, il va neiger...
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
REECE-KRONLUND
Solid
LEASH EYE
Hard truckin' rock
WICKED SENSATION
Adrenaline rush
AIRBOURNE
No guts. no glory. - special edition
TRUST
Au rockpalast
Chroniques du même auteur
ENTHRAL
Obtenebrate
DIRTCAKE
Dirtcake
CIRCUS OF LAMIA
Welcome madness
GUNS N' ROSES
Use your illusion ll
KRAKOW
Diin
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente