Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DEVIL'S TRAIN - Devil's train

Style : Hard Rock
Support :  CD promo - Année : 2012
Provenance du disque : Reçu du label
12titre(s) - 41minute(s)

Site(s) Internet : 
DEVIL'S TRAIN WEBSITE
DEVIL'S TRAIN MYSPACE 

Label(s) :
Edel Music
 (16/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 02/11/12
Conforme aux canons du hard rock
La tendance de la scène Heavy à proposer des supergroupes ne se dément pas. Regroupant trois nationalités - Allemagne, Finlande et Grèce - DEVIL’S TRAIN en apporte une nouvelle preuve. Ses poids lourds, Jörg MICHAEL et Jari KAINULAINEN, ont tous deux pris congé de STRATOVARIUS où ils officiaient respectivement en tant que batteur et bassiste. R.D. LIAPAKIS, chanteur de MYSTIC PROPHECY, et Laki RAGAZAS, guitariste accompagnant Paul DI'ANNO en live, viennent compléter le all-star band. En 2012, il signe un premier album, simplement intitulé Devil’s Train.

Sitôt l’introductif Fire And Water, DEVIL’S TRAIN dévoile un Hard Rock en tout point conforme aux canons du genre. L’album est gorgé de titres ravageurs, soutenus par des riffs redoutables, Devil’s Train ou Room 66/64 pour ne citer qu’eux. Les intentions annoncées par les refrains de Roll The DiceRocking roll will never die ») ne sont pas un vain mot ! Dans ce contexte, on ne sera pas étonné de trouver également quelques indices d’un background bluesy, dont le plus notable réside dans les notes d’harmonica de Fire And Water.

Par ailleurs, le Boogie de DEVIL’S TRAIN apparaît propice à l’expression de ses musiciens, en particulier son duo hellène. Ainsi, la voix de R.D. LIAPAKIS, le plus souvent légèrement éraillée, correspond pleinement au style revendiqué. Ce trait s’atténue en certaines occasions, donnant lieu aux ballades appartenant à la même palette (Forever). Quant à Laki RAGAZAS, il fait valoir une virtuosité sans faille. Une nuance s’impose toutefois à son sujet, puisque ses solos (Devil’s Train, The Answers) empruntent davantage à un Metal classique - celui de JUDAS PRIEST par exemple - qu’au Hard Rock.

La seule réserve qui puisse être formulée à l’encontre de Devil’s Train concerne son manque d’originalité. En effet, il ne contient rien qui n’ait été entendu maintes fois auparavant. On doute que DEVIL’S TRAIN ait éprouvé un quelconque désir de révolutionner le genre. Au vu de l’efficacité de son album, il semble cependant difficile de lui en vouloir ! D’ailleurs, l’argument peut paraître injuste. Le LP réserve bel et bien une surprise avec American Woman, reprise de… THE GUESS WHO (et non de Lenny KRAVITZ, comme nombre d’entre nous, moi le premier, l’auraient supposé).
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
MICHAEL SCHENKER FEST
Resurrection
DYNAMITE
Blackout station
HORISONT
Odyssey
HYDROGYN
Judgement
PILEDRIVER
Brothers in boogie
Chroniques du même auteur
FLIPTOP BOX
Anxiety's manifest
COMA
Don't set your dogs on me
STONEWALL NOISE ORCHESTRA
Salvation
NICKELBACK
Silver side up
VOODOO SIX
Fluke?
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente