Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
HOT AT BATS - Night giants

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2021
Provenance du disque : Reçu du groupe
8titre(s) - 36minute(s)

Site(s) Internet : 
HOT AT BATS BANDCAMP
HOT AT BATS FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
 (17/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 15/12/2021
Exercice de heavy rock hors de l'ordinaire
Au milieu de la masse des albums de heavy rock qui déferle actuellement sur le monde, Night Giants de HOT AT BATS tire son épingle du jeu par une créativité et une esthétique qui lui sont propres. Cette singularité repose sur quelques caractéristiques qui forgent leur identité :
- Une base de composition, riffs ou mélodies, qui puise dans un répertoire rock classique très 60s ou 70s. A l’écoute de l’album, j’ai parfois pensé à du Jimmy HENDRIX, voire à du BEATLES, cependant rien n’arrête le riff capable d’aller sur les terres plus contemporaines du doom.
- Un son de guitare hyper saturé typique des groupes de sludge ou stoner, à fond sur le fuzz.
- Un chant clair et très mélodique associé à un vrai travail d’harmonies vocales avec des chœurs très soignés, des voix doublées.
- Le recours fréquent à des illustrations sonores extraites de films, d’interviews, de documentaires intégrés à la composition comme des touches de matériaux bruts.

À l’évidence ML COOPER joue un rôle central au sein de HOT AT BATS puisqu’il cumule les fonctions de compositeur, parolier, guitariste, chanteur, pianiste et artiste peintre (l’illustration de couverture est de sa patte). Ceci étant, l’ami est bon dans tous ses rôles, ce qui est l’essentiel.

Au baseball quand un gars frappe bien on dit de lui qu’il est « hot at bat ». Le groupe partage une triple passion pour le heavy rock, les films d’horreur et le baseball, aussi joue-t-il dans son nom sur le double sens du mot « bat » - la batte / la chauve-souris.

L’album regorge de surprises et de passages particulièrement savoureux. Tenez, dès le premier morceau – King Dave – je n’en crois pas mes oreilles : tout commence très gentiment et harmonieusement avec une petite mélodie à la guitare sur une phrase parlée mise en boucle et des chœurs champêtre et puis, imperceptiblement, le rythme se métamorphose et une guitare hyper lourde fait progressivement sombrer le morceau dans une atmosphère plus ténébreuse que le trou du cul d’un loup noir.

Comment décrire The Garden Of Ice ? Dans mes oreilles s’entrechoquent deux mondes, un rock plein d’allégresse et la plus sombre et rocailleuse des guitares. De la collision naît un morceau quasiment inclassable. N’oublions pas que si l’on se fait éjecter d’un manège qui tourne trop vite ce n’est pas à cause de la force centrifuge mais à cause de l’absence de force centripète. Ici, j’ai l’impression que je vais me faire éjecter du morceau, mais finalement les forces en présence finissent par s’équilibrer et le titre construit sa propre cohérence. Du grand Art.

Le petit ostinato de basse qui ouvre Witches Mountain n’est que le préambule aux assauts d’une guitare chargée d’électricité qui sature l’atmosphère. Le ciel se dégage et revient une météo sereine empreinte d’un calme très bluesy, suivi d’un court passage sautillant, un riff sabbathien… Je suis perdu et me retrouve échoué au bord du morceau comme un poisson projeté sur le sable par une vague scélérate. La vache ! C’était quoi ? Je reprends ma planche et décide de ramer jusqu’au petit ostinato de basse pour tenter une seconde passe. Je veux comprendre !

Les accords d’intro de Hussy me font lever l’oreille. Oh ! Il s’en dégage la même puissance que sur The Nile Song de PINK FLOYD. Finalement, le morceau suit sa propre route et je savoure la partie instrumentale avec ce piano électrique carrément hypnotique. Le rythme en boucle a un effet psychédélique particulièrement efficace pour se faire retourner la cervelle.

Pour finir l’album, HOT AT BATS nous propose une rencontre très heavy avec le fameux duo fumeur de chichon : Cheech & Chong. Tout commence par une réplique d’Up In Smoke (Faut Trouver Le Joint), la comédie culte de la culture stoner, avant de s’enfoncer dans un gros riff sludge bien heavy.

Night Giants est un très bon album de heavy rock qui ne s’apprivoise pas forcément dès la première écoute mais dont la richesse et l’originalité peuvent facilement rendre accroc.

***


HOT AT BATS est composé de :
- ML COOPER : guitares, chant, piano électrique, tambourin ;
- Bobby COOPER : batterie ;
- Chuck NUTT : basse.

***


Extrait de l’album Night Giants :
- Ted : Cliquez ici !

Edit. 27/01/2022 - Nouvelle vidéo en ligne :
- King Dave : Cliquez ici !

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
UFOMAMMUT
Fenice
SPACETRUCKER
Smooth orbit
THE WOUNDED KINGS
Visions in bone
AUT MORI
Pervaja sleza oseni
DUNE SEA
Moons of uranus
Chroniques du même auteur
BLACKENED
Voices from the void
SPIRITUS MORTIS
The great seal
KING WITCH
Body of light
SPIRIT ADRIFT
20 centuries gone
NITROGODS
Ten years of crap - live
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /