Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
BACKWOODS PAYBACK - Future slum

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  MP3 - Année : 2018
Provenance du disque : Reçu du groupe
10titre(s) - 34minute(s)

Site(s) Internet : 
BACKWOODS PAYBACK BANDCAMP
BACKWOODS PAYBACK FACEBOKK

Label(s) :
Auto Production
 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 08/08/18
Killed by hippies
Originaire de Pennsylvanie, ce quatuor a déjà pondu quatre albums avant d'en arriver à Future Slum. Inutile de préciser que le groupe ne peut dorénavant se prévaloir de la fraîcheur de l'inexpérience ! Alors que plusieurs sites web cataloguent le groupe comme pratiquant du Stoner Doom, force est de constater que cette étiquette s'avère dorénavant inexacte, en tout cas insuffisante.

Certes, les dix compositions de Future Slum se trouvent joliment épaissies par des lignes de basse et les riffs de guitare adoptent globalement des tournures rebondies et âpres. Le chant aux intonations tour à tour traînantes et rageuses peut rappeler les œuvres de John GARCIA et consorts. Pour autant, plusieurs indices me conduisent à évoquer un autre référentiel, pas si éloigné que cela, mais un peu mal aimé depuis qu'il a dératisé les scènes Hard et Metal dans les années 90. Car oui, le goût développé par BACKWOODS PAYBACK pour les mélodies vocales paresseuses et pour les riffs lapidaires m'évoque le Grunge : un zeste du contraste si frappant entre fausse nonchalance et rage propre à NIRVANA, un goût pour les rythmiques épaisses combinées à l'urgence Rock qui caractérisait les premiers enregistrements de SOUNDGARDEN, un âpreté et une intransigeance que l'on louait chez SKIN YARD. Un Grunge remuant, abreuvé aux sources les plus acides et intransigeantes du Rock, avec de salvatrices connexions avec le Garage Rock et le Punk. Mais aussi un Grunge qui ne refuserait pas l'épaisseur du Heavy Metal (tel qu'il fut pratiqué par le jeune BLACK SABBATH, puis par PENTAGRAM et THE OBSESSED) ou, mieux encore, qui recouperait les tentatives inachevées du proto-Metal (BLUE CHEER notamment). Sur un titre aussi tendu que Generals, on relève même une urgence et une violence propres au Hardcore, tandis que les riffs crépitants et franchement menaçants de Alone relèvent à mon sens du Sludge le plus hostile.

Sans prétention mais avec une grande maîtrise, BACKWOODS PAYBACK déroule un répertoire un brin austère qui requiert des écoutes successives pour en saisir à la fois la force et les nuances. Au vu de l'illustration de la pochette, aux couleurs très psychédéliques, vous vous attendiez peut-être à un Rock plus bariolé et vaporeux ; en fait, il fallait davantage se focaliser sur le couteau brandi par le personnage que l'on devine plus membre de la bande à Manson que vrai hippie.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
RED SCALP
Ep n°1
MUNDTOT
Spätsommer
MR. PLOW
Maintain radio silence
DAKRYA
Monumento
ROTE MARE
Hollows path
Chroniques du même auteur
THE VISION BLEAK
Set sail to mystery
VANDERBUYST
In dutch
MANILLA ROAD
The deluge
VIRGIN STEELE
Nocturnes of hellfire and damnation
HONEYMOON DISEASE
The transcendence
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente