Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
ÉCLIPSE - Anaglyphe

Style : Rock
Support :  MP3 - Année : 2024
Provenance du disque : Reçu du groupe
13titre(s) - 65minute(s)

Site(s) Internet : 
ÉCLIPSE YOUTUBE
ÉCLIPSE WEB SITE
ÉCLIPSE FACEBOOK

Label(s) :
Auto Production
 (18/20)

Auteur : Pumpkin-T
Date de publication : 30/06/2024
La dynamique de rockers modernes au large spectre
Je n’ai pas posé la question mais je sens que leur nom d’ÉCLIPSE est dû au fait que ce phénomène cosmique met en scène un mouvement entre l’ombre et la lumière. En effet, il transparaît quelque chose de taoïste dans l’album en ce qu’il fait naître la vie d’une dynamique universelle entre le noir et le blanc, entre le doux de certaines mélodies et le tranchant de certaines guitares, entre ceux qui regardent (pochette du 1er EP) et ceux qui sont regardés (pochettes du nouvel album et singles), etc. Il ressort de ce flux un point d’équilibre autour d’un rock solide alors même que les morceaux oscillent entre du heavy metal, du hard rock, du rock, du prog, de la ballade mélodique.

En effet, le spectre est large dans l’album si varié des troyens mais l’esthétique est ancrée dans deux fondamentaux : d’une part, la revendication d’un chant en français aux textes travaillés, posés avec conviction et d’autre part, une recherche d’originalité dans la forme qui emprunte au rock dans un sens très large, avec une approche moderne dans le son.

L’album Anaglyphe démarre avec Ekleipsis, un morceau de hard rock puissant, à la rythmique teigneuse, au chant à moitié parlé et très pressant, constellé d’explosions, de guitares métalliques rageuses et dont la forme globale ne me fait penser à rien de connu. Bref, de quoi me gauler l’oreille immédiatement. Autocritique prend la suite et c’est un nouvel OVNI qui me traverse la tête au son d’une basse qui claque et d’un refrain keupon. Le mystère et ma sidération restent entiers. Sans perte d’énergie mais dans une ambiance particulièrement menaçante, Le Ciel ramène à ma mémoire l’âme écorchée du regretté MANO SOLO. La quatrième plage, Le Contrôle, revient à une version plus conventionnelle d’un rock français bien agité avec une mélodie un peu pop. De son côté Le Syndrome aux arrangements surprenants (dans le bon sens du terme) nous offre un joli glissement vers la folie grâce à un parfait chanteur-comédien et une vraie montée dramatique de la musique. Les douze minutes en deux parties de Les Âmes Maudites nous renseignent sur la capacité d’ÉCLIPSE à construire sur la durée des compos qui échappent aux standards du rock pour la radio. Ils ont notamment recourt à un passage symphonique doublé de guitares très hard rock tout en évitant l’écueil de la soupe grandiloquente du metal sympho. La partie 2 (que je considère comme un troisième mouvement) construit une atmosphère étrange et ouvre un magnifique terrain de jeu aux guitares. J’adore.
Mirage plonge un peu plus profondément dans le bizarre et flirte même avec l’angoissant, se rapprochant ainsi d’avantage de mes goûts. Un titre envoûtant qui finit par s’envoler sur une rythmique tribale – le kiff !
Encore un morceau en deux parties pour une durée totale de neuf minutes - Les Fantômes du Passé déroule d’abord un instrumental de 3 minutes à la solide mélodie avant de diverger vers une déroutante poésie avec violons et chœurs éthérés comme préalable à une électrification épique.
Restent trois titres pour clôturer l’album. Tout d’abord, le rock romantique de Ce Soir Je T’aime qui alterne si bien le chaud et le froid et nous gratifie vers la fin d’une ligne de basse niveau expert. Puis, Les Cavaliers de l’Apocalypse, un hybride de grunge et punk sur un flow presque rap… un morceau complètement barré. Et enfin, le titre qui donne son nom à l’album, Anaglyphe. L’intro sonne carrément occulte, le riff metal qui s’élève est écrasant, puis l’ambiance tourne vers l’indus, la synth wave, et un final digne d’un péplum électrique croisé avec un space opera… Mais à qui ai-je confié mes oreilles ?

Anaglyphe est un album qui mérite ô combien d’être découvert car pendant plus d’une heure ÉCLIPSE assume avec brio n’importe quelle prise de risque. De l’audace, du talent, de la créativité : la liberté !

***


ÉCLIPSE est composé de :
- Gauthier BICHEBOIS, guitare et chant ;
- Tristan SYDOR, guitare lead ;
- Dylan ABIT, batterie ;
- David BIGET, basse.

***


Discographie :
- 2018 : Face Aux Écrans - (EP) ;
- 2024 : Anaglyphe - (LP).

***


Extraits d’Anaglyphe :
- Mirage : Cliquez ici !
- Le contrôle : Cliquez ici !
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
TARAH WHO?
Supposedly a man
GARY HOEY
Dust & bones
MAIDAVALE
Tales of the wicked west
JOSE AND THE WASTEMEN
Monkey on my back
DIRTY RAVEN
Freaks & idols
Chroniques du même auteur
KONVOLTED
Human reification
DESERT CLOUDS
Planexit
ORPHANS OF DOOM
Realms
HEEZER
1er ep
OLD MAN WIZARD
Kill your servants quietly
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /