Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
TRACER - El pistolero

Style : Dark / Gothic / Doom / Stoner
Support :  CD promo - Année : 2013
Provenance du disque : Reçu du label
13titre(s) - 52minute(s)

Site(s) Internet : 
TRACER WEBSITE

Label(s) :
Mascot Music Production
 (17/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 02/11/13
Démonstration stoner, en provenance d'australie
Fondé par les frères BROWN, Michael (Chant / guitare) et Leigh (Basse / chant), TRACER enregistre un EP autoproduit, L.A. ? (2009), avant d’être signé par Mascot Music Production, qui publie son premier album, Spaces In Between, en 2011. Bien accueilli par la critique, ce dernier contribue à la réputation du groupe d’Adélaïde, sacré « Best New Band » aux Classic Rock Awards 2012. Son nouvel opus, El Pistolero, est produit par Kevin SHIRLEY, collaborateur de LED ZEPPELIN, IRON MAIDEN, SLAYER et SILVERCHAIR. De quoi susciter mon enthousiasme, alors même que je n’ai pas encore entendu la moindre note du LP !

Tout comme un autre fameux power trio, THEM CROOKED VULTURES, TRACER a choisi d’évoluer dans la sphère Stoner. Caractérisé par un son massif, El Pistolero en constitue une première et implacable démonstration. La section rythmique y apparaît très puissante, comme sur plusieurs autres plages, en tête desquelles Lady Killer et sa basse écrasante. Pour autant, les guitares ne font nullement de la figuration, comme l’illustre le tout aussi lourd Dead Garden, qui repose essentiellement sur les riffs de Michael BROWN.

En d’autres occasions, les Australiens s’aventurent dans les terres du Rock alternatif. Ainsi, There’s A Man est construit suivant un schéma fréquemment utilisé dans ce contexte, dans lequel des couplets à l’instrumentation discrète laissent place à des refrains bien plus énergiques. Sur Scream In Silence, les musiciens obtiennent, de la même manière, un résultat très satisfaisant. Après qu’une guitare en son clair a souligné le pouvoir évocateur de sa voix, Michael BROWN opte pour des cris, véritablement impressionnants, que n’aurait pas dédaignés Chris CORNELL. La comparaison avec le leader de SOUNDGARDEN, groupe mythique qu’apprécie beaucoup le chanteur, s’impose également à l’écoute de Dead Garden (refrains).

Enfin, El Pistolero emprunte parfois des chemins plus inattendus. On citera notamment un Hangman marqué par une ambiance extrême-orientale, ou on s’attardera sur le bref hommage rendu à Jim MORRISON (Until The War Is Won). On considérera encore l’enchaînement Ballad Of El Pistolero / Santa Cecilia : le premier morceau consiste en un interlude où le chanteur est simplement soutenu par une guitare classique jouée flamenco, une couleur que l’on retrouve épisodiquement dans le second. Auteur d’un superbe album, à la richesse indéniable, TRACER justifie pleinement les espoirs placés en lui.

TRACER :

Michael BROWN : Chant / guitare
Jett HEYSEN-HICKS : Basse
Dre WISE : Batterie
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
SIEGFRIED
Nibelung
KING GOAT
Conduit
ELDRITCH
Live quake
BULL TERRIER
Red dirt & zero gravity
HENKE
Seelenfütterung
Chroniques du même auteur
HUGGER FACE
Morse of beyrouth
NOKO
Noko
METALLICA
Metallica
FLIPTOP BOX
Anxiety's manifest
ACDC
Highway to hell
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente