Français  
Accueil    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
DESERTA - Don't dare stop

Style : Hard Rock
Support :  MP3 - Année : 2023
Provenance du disque : Reçu du label
11titre(s) - 39minute(s)

Site(s) Internet : 
DESERTA FACEBOOK

Label(s) :
Lions Pride Music
 (17/20)

Auteur : JMM213
Date de publication : 27/08/2023
Ils ne vont sûrement pas s'arrêter là !
Santa Carina au Brésil, vous connaissez ? Non ? Bah, moi non plus ! Et c'est pourtant de là, dont sont originaires les membres de DESERTA, un groupe de Hard Rock qui officie depuis 2007. Je constate que les groupes brésiliens sont plutôt à l'honneur ces temps-ci, avec les excellents albums de STORMWARNING (cliquez ici ), ELECTRIC MOB (cliquez ici) ou bien TARMAT (cliquez ici). Il faut dire, que pour celles et ceux qui aiment le Hard Rock, qui peut être adouci par du Hard mélodique, voire de l'AOR, les sud-américains commencent à se faire une place au soleil. Si, en plus, je rajoute les colombiens de SUPREMACY (cliquez ici), qui nous ont pondu récemment un petit bijou, les péruviens de REVLIN PROJECT (cliquez ici) et NILVER PEREZ (cliquez ici), je pense que l'on est plutôt bien servis.

L'album commence avec le titre éponyme, Don't Dare Stop. Le ton est tout de suite donné, avec un mid-tempo bien Hard Rock, bardé de gros riffs de guitare. Uly DOLPH, le chanteur, possède une voix qui colle parfaitement au style, avec un petit côté David COVERDALE ou Rober PLANT, lorsqu'il pousse dans les aigus. The Best Of Me est une démonstration de Heavy, avec beaucoup d'énergie. Ca part à toute vitesse, y compris le solo qui passe telle une fusée. Il faut que je reprenne mon souffle. Rose, le deuxième single. C'est du Hard mélodique, avec un refrain qui fait mouche. Travel The Word est le slow de l'album. Il est de facture classique, pas désagréable. La voix se fait douce, caressante et les claviers arrivent enfin à se faire une place ! Poisonous est un joli morceau de modern rock. Tout y est, un rythme très entraînant, un solo qui va bien, et un chant qui assure comme il faut.Gigolo, qui est le premier single, est un pur morceau de Heavy Rock, qui ne laisse aucun moment de répit, tant les guitares sont survoltées. La batterie ne lâche pas l'affaire du début à la fin en enfonçant le clou jusqu'au bout. I'm going crazy, prend le même chemin. Ca pulse sévèrement, avec une rythmique hyper tendue marquée glam métal, genre CRASHDÏET ou RECKLESS LOVE. Le solo est en fusion, comme il se doit.

Jusque là, nous avons eu droit à des titres bien marqués Hard Rock, mais dans le dernier tiers de l'album, l'ambiance change. Lightning donne dans le rock américain tendance AEROSMITH, et comme Uly DOLPH prend des intonations à la Steve TYLER, c'est comme si on y était. Je note un superbe solo. Reason To Live est un morceau qui m'envoie des effluves de rock sudiste en pleine face, et ça, ça me plaît. Je peux même ressentir une touche WestCoast, avec ces superbes choeurs et ce solo bien typé. L'album se termine avec mon morceau préféré, Bad Choices. Je retrouve totalement mes marques, avec un titre bien mélodique et structuré par les guitares qui font un travail remarquable. Le solo est amené sur un plateau et me rappelle fortement ce que faisait WISHBONE ASH, avec ces lignes de guitares doublées, terriblement accrocheuses. Les guitares en Twin, c'est la marque de fabrique de ce groupe, surtout, à mon avis, lorsque Laurie WISEFIELD avait rejoint le légendaire Andy POWELL (quelle paire mélodique !). Alors là, ce n'est que du bonheur pour moi !

Au risque de me répéter, je trouve que les premiers albums sont souvent un patchwork de divers influences, et cet album de DESERTA ne déroge pas à la règle, surtout lorsqu'il a été en gestation depuis plusieurs années. Il y en a donc un peu pour tous les goûts. Du Hard Rock, du glam rock, du rock mélodique, du rock sudiste, vous n'avez que l'embarras du choix ! Maintenant, je pense que pour le deuxième, il faudra vraiment choisir sa voie.


DESERTA :

Uly DOLPH : Chant
Thirray PRIESTER : Guitares
Maikon KOROLL : Basse
Renato HAFERMANN : Batterie
Fab JABLONSKI : Claviers


Gigolo : cliquez ici

Rose : cliquez ici
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
GATHERING OF KINGS
Discovery
THE HOMESICK BOYS
Rock'n'roll band
SUCKERSTARZ
Easy romance
HARTMANN
Shadows & silhouettes
STEELWINGS
Back
Chroniques du même auteur
THRESHOLD
Dividing lines
ARCTIC RAIN
Unity
FIRST SIGNAL
Closer to the edge
LAST IN TIME
Too late
KRAEMER
All the way
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /